Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

COVID-19

Le sous-variant XBB.1.5 qui domine aux États-Unis demeure marginal au Québec

durée 15h15
5 janvier 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Depuis environ une semaine, les autorités sanitaires américaines affirment que le sous-variant d'Omicron XBB.1.5 a pris le dessus à titre de souche dominante dans la transmission de la COVID-19 aux États-Unis. Pourtant, on ne compte encore qu'une poignée de ces cas répertoriés au Québec.

Il n'y a toujours aucune trace du sous-variant XBB.1.5 dans les données en ligne de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et il faudra encore patienter quelques semaines avant d'observer sa progression.

D'après les informations transmises par la directrice médicale du Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ), la Dre Judith Fafard, sept cas de XBB.1.5 ont été recensés à travers le séquençage d'échantillons au cours du mois de décembre.

Parmi ceux-ci, cinq cas seraient liés à la circulation du virus dans la communauté et deux autres proviendraient de voyageurs.

Selon la Dre Fafard, le sous-variant XBB.1.5 représentait environ 0,5 % de tous les cas d'infection au SRAS CoV-2 au cours de la semaine de Noël au Québec. On dit «environ» puisque les données statistiques sous le seuil de 2,5 % sont considérées comme n'étant pas assez fiables pour être publiées par l'INSPQ. 

De plus, seuls les variants dont la prévalence atteint au moins 1 % sont affichés dans le tableau disponible sur le site web de l'INSPQ. Ainsi, on ne devrait toujours pas voir poindre le fameux XBB.1.5 lors de la prochaine mise à jour des données la semaine prochaine.

La microbiologiste-infectiologue estime que le Québec a possiblement quelques semaines devant lui avant de voir le XBB.1.5 remplacer la souche dominante actuelle, soit le BQ.1.1. 

D'après ce qu'on a pu observer jusqu'ici chez le sous-variant XBB.1.5, il s'agit d'une mutation du virus plus contagieuse parce qu'elle semble contourner plus facilement l'immunité chez ses hôtes et parce qu'elle s'accroche mieux aux récepteurs cellulaires. 

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Ugo Giguère, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 12h00

De nouveaux «arbres-mémoires» au Boisé des Anges

Une trentaine d'arbres ont été plantés, samedi, dans le Boisé des Anges, au Parc Rodrigue de Saint-Georges. Cette activité, à sa 3e année d'existence, était encore une fois sous la gouverne de l'organisme Parents d’Anges Beauce-Etchemins. La cérémonie vise à honorer la mémoire de bébés partis trop tôt. Le deuil périnatal se définit par la ...

durée Hier 10h00

Le COBARIC lance des initiatives éducatives et écologiques sur le thème de l'eau

Le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC) a dévoilé, ce mardi 18 juin, plusieurs initiatives pour sensibiliser et éduquer la population sur la place de l’eau dans nos vies; et sur les gestes faciles à poser pour préserver cette ressource.  Ces initiatives interviennent dans le cadre de la campagne provinciale « Juin, Mois de l'eau ...

18 juin 2024

La DPJ souligne qu'il ne faut pas oublier les enfants exposés à la violence conjugale

À l’occasion du 21e bilan annuel, les directrices et directeurs de la protection de la jeunesse ont choisi d’unir leur voix pour parler d’un aspect important et souvent méconnu de leur travail: les enfants exposés à la violence conjugale.  La violence conjugale a des effets dévastateurs sur les enfants et les jeunes, touchant leur bien-être ...