Publicité

2 février 2008 - 15:38

Un vibrant hommage au caporal Gonthier.

Toutes les réactions 3

Un vibrant hommage a été rendu au caporal Étienne Gonthier le 2 février à l’Église de Saint-Georges où 2200 personnes ont honoré la mémoire de ce dernier. Une population tout entière a offert ses sympathies lors de ses funérailles militaires et a dit pour la dernière fois, Étienne repose en paix.

Le cortège funéraire est arrivé devant l’église vers les 11h. La cérémonie présidée par le major Jean-Guy Morin du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada a débuté vers les 11h15 pour se terminer vers 1h par les procédures d'usage de la cérémonie militaire.

Deux coéquipiers du 5e Régiment du Génie de combat ont rendu hommage à leur frère d’armes. L’un d’entre eux, Jean-François Fillion, a témoigné à quel point il était apprécié de tous, grâce à sa bonne humeur et ses coups pendables.

Lors de l’homélie, l’Abbé Benoit Morin a raconté comment le Caporal Gonthier dès sa naissance a dû combattre pour demeurer en vie. Enfant prématuré de 26 semaines, il s’est battu pour rester en vie. L’abbé Morin a aussi tenu à souligner comment il aimait ses proches et tenait à son rôle de militaire ainsi qu’à sa mission.  « Il a donné sa vie pour le pays », a-t-il déclaré.

Étienne laisse dans le deuil sa famille, ses parents Bernard Gonthier et France Poulin, sa sœur Catherine ainsi que son amie de cœur, Cinthia Morin.

Plusieurs dignitaires étaient présents. Le ministre des Affaires étrangères et député de Beauce, Maxime Bernier ainsi que le ministre responsable de Chaudière-Appalaches et ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Laurent Lessard, le député de Beauce-Sud, Claude Morin et le maire Roger Carette figuraient aussi parmi les dignitaires présents. Des membres du 5e Régiment du Génie de combat, collègues d’Étienne, l’ont aussi salué pour une dernière fois. Les représentants militaires de différentes branches et de bases militaires de Gagetown et Ottawa étaient aussi présents à la cérémonie.

Un boute-en-train
Le sapeur Gonthier était une personne spéciale aux yeux de tous selon un camarade, Philippe Arvisais. « Étienne était un gars toujours de bonne humeur peu importe les situations qui arrivaient là-bas. On avait des conditions de vie difficile, mais il ne chialait jamais. Il remontait le moral des troupes », se rappelle le soldat Arvisais de retour au pays depuis novembre dernier. Ce dernier l’a échappé belle en Afghanistan puisqu’une roquette a heurté le mur où il se cachait. L’impact du projectile sur le mur lui a causé une commotion cérébrale le forçant à revenir en sol québécois.

« Caporal Gonthier était apprécié, un boute-en-train. Un Beauceron, un jarret noir fier qui ne craignait pas ses origines », ajoute le député Morin.

Un appui incroyable
L’église remplie à pleine capacité. Plus d’une centaine de personnes s’étaient massées dans les escaliers et même à l’arrière des bancs de l’église.  Le maire Carette a trouvé la cérémonie digne de ce nom avec une foule chaleureuse « À la classe de Saint-Georges, l’église était pleine. La chorale est extraordinaire. Une cérémonie tout à fait exceptionnelle », a indiqué le maire Carette.

« C’est formidable. La population de Saint-Georges a démontré son appui au caporal Gonthier et à sa famille. Il faut soutenir les parents. Ce sera une semaine assez dur pour la famille Gonthier. Mais il faut penser à demain et à ceux qui sont derrière. Pour avoir été en mission, c’est difficile », indique le député Morin, ancien militaire.

Selon Philippe Arvisais, la mort d’un soldat affecte les troupes lors de l’annonce. Toutefois, il considère que le deuil doit être fait au retour au Québec. « On a une mission à faire, et il faut se concentrer là-dessus. Ça fait du bien de savoir que la population est derrière nous autres et nous appuie à 100 %. C’est plaisant de voir autant de monde aujourd’hui, pour le dernier repos d’Étienne », a indiqué ce dernier.

Une fin atroce
Cette cérémonie marquait une dernière fois le tragique sort qu’a réservé la mission d’Étienne en Afghanistan. Il a été tué par une bombe artisanale alors qu’il était dans un véhicule blindé léger à 35 km de Kandahar. « Je sais dans quel contexte que ça s’est produit, ça shake », partageait le sergent Jean-François De Wolfe lui aussi du même Régiment que le caporal Gonthier.

« Il est rentré dans les Forces par choix. Il aimait beaucoup ce qu’il faisait. Ce n’est pas facile. Ses collègues et ses amis l’appréciaient énormément. Il a fait son maximum. Chaque gars prend soin de son équipier, puis il a été au bout de ses convictions. Il n’a pas choisi ce qu’il est arrivé, mais il a choisi comment il allait vivre », ajoute-t-il.

 « Ça fait du bien… de voir comment les gens supportent les soldats. Pour ceux qui sont là-bas, sentir le support du monde est important puisque tôt ou tard, tu te remets en question. Est-ce que ça vaut la peine d’être là ou est-ce qu’on se bat pour les bonnes raisons? Lorsqu’ils sentent que les gens sont avec eux, c’est certain que ça l’aide », conclut sergent De Wolfe.

La famille d'Étienne lors de la procession.


Ancien commandant, le député Claude Morin salue une dernière fois Étienne.

Vous avez un scoop
Vous connaissez des personnes de la Beauce qui sont inspirantes et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous par courriel à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • Je trouve que la conjointe d'Étienne et non son amie de coeur, a été largerment mis de côté dans cet épreuve. Je peux bien comprendre que les parents soient lourdement peiné, mais sa conjointe avait le droit à sa place au salon, la première, c'était sa conjointe et cette place lui revenait, ça n'a pas d'allure de lui faire ça, pauvre petite, elle doit être complètement démollie par toute cet indiférence de votre part, elle a besoin de réconfort autant que vous autres. je m'excuse de ma franchise, mais fallait que quelqu'un le dise. J'offre toutes mes sympathies les plus sincères à sa conjointe et à vous aussi ses parents sans oublier sa petit soeur.

    Une inconnue - 2008-02-03 06:58
  • C'est bien certain que sa copine méritait une place dans tout cela, mais sa soeur elle n'a pas eu si temps de place dans cela. à la cérémonie, à l'église, on n'a même pas aborder d'elle. C'était quand même sa soeur

    Anonyme - 2008-02-14 17:26
  • Je suis tout à fait en accord avec 'anonyme' en ce qui concerne la place attribuée à la la soeur du Caporal Gonthier dans toute cette histoire. À l'Église, personne n'a daigné prononcer son nom, jamais. Il est déplorable qu'un membre de la famille si proche ne semble même pas exister dans de si tristes circonstances. Je crois que cela vient ajouter au deuil de son frère la tristese de se voir laissée de côté. Une chance que ses parents sont là pour la soutenir. Je trouve que la copine d'Étienne a eu beaucoup de place par rapport à la soeur de ce dernier, contrairement ce que semble dire 'Une inconnue' dans le premier commentaire ci-haut...

    Anonyme - 2008-02-17 11:41