Nous joindre
X
Rechercher

« J’suis tombé(e) en amour! »

durée 09h12
18 août 2010
Bianka Champagne, M.A., Sexologue-psychothérapeute et praticienne en IMO
duréeTemps de lecture 2 minutes
Par
Bianka Champagne, M.A., Sexologue-psychothérapeute et praticienne en IMO
Ah! La passion amoureuse. Elle est à la fois une sensation euphorisante et troublante. Cette passion devient un cocktail énergisant. Ce mélange explosif aliment notre élan vers l’autre sans se soucier de la raison. Les sens s’émoustillent qu’à l’idée d’imaginer cette personne si spéciale à nos yeux.

L’attirance physique est inévitablement présente. Le corps vibre, les corps se parlent. Les passionnés se sentent vivants. Ils se sentent amoureux! Mais amoureux de qui ou plutôt de quoi?

« Tomber en amour », c’est être attiré par un corps, par des courbes affriolantes qui excitent le désir de rapprochement dont le désir sexuel. La personne devant nous est une inconnue. Nous imaginons ce qu’elle peut être et nous avons tendance à aimer cette image qui nous plaît. Nous croyons que l’autre est comme nous. Ceci est sécurisant étant donné que les différences font peurs. Nous tentons de faire croire que nous sommes comme l’autre en voulant plaire et surtout ne pas déplaire. Nous camouflons ainsi nos qualités en trop ou nos qualité en pas assez : nos défauts. Nous sommes confortables auprès d’un corps physique habité par une personne imaginée. Est-ce réellement de l’amour? Non. Il arrive que nous confondions l’amour avec la passion amoureuse. Celle-ci est associée à l’excitation sexuelle soit l’érection ou la lubrification.

La passion amoureuse est présente et nécessaire au début d’une relation. Elle permet aux nouveaux partenaires de se rapprocher, d’apprendre à se connaître et de découvrir qui ils sont réellement. L’intensité de la passion est différente d’une personne à l’autre et d’une relation à l’autre. Elle peut durer quelques heures voire quelques années.

Plusieurs croient que lorsque la passion diminue cela signifie que l’amour ni est plus. Au contraire, l’amour peut maintenant apparaître. C’est à ce moment de la relation que les différences entre les partenaires apparaissent et que les défauts de soi et de l’autre se dévoilent. Nous choisissons d’aimer ou non la personne réelle, avec ses forces et ses faiblesses, qui habite ce corps aguichant.

Nous passons de l’imaginaire à la réalité parfois avec fracas et douleur lorsque notre imaginaire et la réalité sont trop éloignés l’un de l’autre. Être de retour à la réalité demande une dose de motivation et d’énergie pour tenter de s’adapter à une réalité que les partenaires sont entrain de construire ensemble.

L’expression « J’suis tombé(e) en amour » pourrait être remplacée par « Je suis devenu(e) en amour » avec la personne que j’ai choisi d’aimer.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.