Nous joindre
X
Rechercher

Le droit de choisir

durée 06h00
6 août 2022
Cameron Olsen N.D.
duréeTemps de lecture 3 minutes
Par
Cameron Olsen N.D.

Chronique Santé par Cameron Olsen N.D.

Le droit de choisir

Depuis quelques années, je remarque un phénomène dans mon alimentation.  Je ne sais pas si c’est réel ou imaginaire, mais cet été, je dirais que ça m’a frappé en pleine face :

Quand je mange bien, je mange moins.

Je ne sais pas quoi ajouter à ça en ce moment donc je laisse la phrase ainsi.  Peut-être que c’est parce que cet été, sur la route, à manger du fastfood je ne me sentais jamais satisfait !  Comme si ça prenait 3 burgers, pas juste 1.  Avec des frites.  15 minutes plus tard, je mangerais un wrap.  Ou, est-ce que c’est parce que conduire est comme être au cinéma ou devant la télé (pendant le confinement); on a besoin de faire quelque chose avec la main et la bouche...

De toute façon, en revenant à ma routine quotidienne j’avais hâte d’aller chercher du veau haché dans le congélateur, de la roquette et de l’oignon rouge dans le jardin, et de manger des boulettes avec des oignons marinés et des feuilles vertes, au sel et vinaigre. Un repas simple et bon qui se digère tout seul, sans bruit !

Bien sûr, nos choix alimentaires sont personnels, un de mes meilleurs amis est végétarien! Je ne veux pas non plus manger ni la souffrance ni la peur d’un animal.  Cependant, ce n’est pas nécessaire que notre chaine alimentaire soit perçue comme ça.  Nous avons une capacité bien adaptée à la digestion de la viande, et celle-ci, lorsqu’elle est bien élevée, est riche en nutriments.  Oui, actuellement il existe un mouvement global au but de décourager la population de manger de la viande afin de « sauver la planète ».  Mais vous savez quoi?  Élever, nourrir, respecter et cultiver un troupeau de bêtes afin de bien nourrir une communauté, pour moi, voici l’harmonie entre l’humanité et la nature.

J’ai décidé de partager l’espace aujourd’hui avec les dirigeants d’une ferme qui me fournissent mon veau, nourri à l’herbe.  Alors, les fermes Rodrigue, situés à Beauceville, je vous laisse la parole :

« De nos jours, le consommateur veut savoir ce qu’il retrouve dans son assiette. Nous nous sommes concentrés dans l’élevage de viande seulement nourrie à l’herbe. Les animaux sont en liberté au pâturage de mai à octobre pour la grande partie. Le reste de l’année, nous nourrissons les animaux avec le foin récolté durant l’été. Nous voulons produire une viande saine, la plus naturelle possible. Pour ce faire, nous ne donnons aucun grain ni hormone de croissance dans la ration quotidienne des animaux. Presque la moitié des veaux sont destinés à la vente de viande. Avec une croissance de 5% d’augmentation par année, nous pouvons dire que nous sommes bien fiers de pouvoir permettre aux consommateurs d’acquérir une viande de qualité dans la région.

Nous avons commencé tranquillement en offrant notre viande à nos amis et à notre famille et, petit à petit, le cercle s’est agrandi. Nous offrons nos produits sous différents formats, soit en demi-carcasse, sous forme de boîtes économiques directement de la ferme.  Certains commerces vendent nos produits et nous sommes toujours ouverts à élargir notre réseau de distribution.

Nous sommes la 11e génération à nous établir sur la ferme. Nous avons acquis la ferme en septembre 2015 alors qu’il ne restait seulement qu’une vache dans l’entreprise. Le troupeau est maintenant rendu à 110 vaches pour la reproduction et 5 taureaux pour les saillies. »

Je sais que, quelque part dans mes textes, j’ai bien dit que la viande nourrit à l’herbe demeure, pour nous en Beauce (loin de la mer) une de nos meilleures sources d’oméga 3 !

Voir les autres textes du blogue Naturo Santé

 

      8585, Blvd Lacroix, St Georges, G5Y 5L6

      www.naturosante.net

      T : 418 228 9735.  l   F : 418 227 9776

      

     Nous sommes une équipe passionnée qui désire vous accompagnez vers une meilleure santé.