Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
29 juin 2018 - 11:30 | Mis à jour : 13:45

Le Chien d'Or espère renverser la décision de la Ville

Alexandre Poulin

Par Alexandre Poulin, Journaliste

Toutes les réactions 8
Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Mardi dernier, à la séance ordinaire du conseil municipal de Saint-Georges, la Ville a résolu pour une deuxième fois de ne pas permettre à Cynthia Donahue d'agrandir le bâtiment abritant la garderie pour chiens dont elle est propriétaire. Depuis 2016, Le Chien d'Or offre un service adéquat, adapté et d'une qualité impressionnante à ceux qui veulent faire garder leur chien en toute quiétude. Or, la petite entreprise ne peut pas répondre à la demande croissante de ses clients à cause de cette décision étonnante des élus municipaux.

C'est une femme sincère et honnête qui s'est présentée devant le conseil municipal à la période de questions du public. Durant l'adoption de résolutions, les élus ont adopté très rapidement le point 6.11 de l'ordre du jour, qui consistait à refuser la demande de modification faite par Mme Donahue pour changer le Règlement de zonage.

Une première demande acceptée, les deux autres refusées

À l'origine, la première demande a été acceptée après une période durant laquelle la Ville avait été réticente. Cette première demande a permis à Mme Donahue de construire un bâtiment sur son terrain, en périphérie de sa résidence, et lui a donné l’autorisation de garder jusqu’à 14 chiens. La propriétaire est reconnaissante d'avoir pu démarrer son entreprise en raison de cette permission, mais elle a de la difficulté à comprendre pourquoi la Ville s'entête à freiner son projet de développement. Pour réaliser son projet, la superficie du bâtiment devrait être doublée.

Le conseil municipal a refusé sa deuxième demande le 26 mars 2018 (résolution n° 18-10880), qui avait été au préalable présentée au Comité consultatif d'urbanisme. Qu'avait-elle demandé ? Très simplement qu'une modification de zonage soit effectuée afin de lui permettre d'avoir jusqu'à 30 chiens et, pour ce faire, d'agrandir l'édifice. 

À la suite de ce refus, la propriétaire du Chien d'Or a embauché un consultant chevronné qui a fait une proposition à la Ville. Celle-ci a été refusée pour les mêmes motifs que lors de la première demande.

Une zone résidentielle en milieu agricole

L'endroit où elle habite, même lieu que celui de sa garderie, est situé en retrait de la ville, précisément sur la 35e Avenue. Pour la Ville, il s'agit d'un « îlot déstructuré », c'est-à-dire une zone résidentielle en milieu agricole. L'usage demandé par la propriétaire serait incompatible avec les « usages résidentiels voisins ». De même, l'agrandissement dont nécessiterait son bâtiment ferait en sorte qu'il outrepasserait la norme permise, ce qui, selon la Ville, « n'est pas souhaitable en zone résidentielle ». Ce qui surprend, ou du moins suscite l'incompréhension, c'est qu'on aperçoit à l'angle de la 90e Rue et de la 35e Avenue un garage étant au moins aussi gros que la maison lui étant attenante.

À la séance du conseil municipal, après s'être fait détailler les raisons pour lesquelles la Ville s'oppose à son projet, Mme Donahue a posé la question suivante : « La solution, c'est quoi ? » Ce à quoi le greffier Jean McCollough a répondu que la décision était de ne pas le permettre dans un quartier résidentiel. 
« Donc, j'envoie les clients à Saint-Benoît, à Notre-Dame-des-Pins et à Saint-Côme ? a-t-elle renchéri. « Malheureusement », lui a finalement dit Serge Thomassin, conseiller municipal qui remplaçait le maire, absent de la séance.

Pourtant, quand Mme Donahue a acquis sa propriété en 2010, il était écrit sur son certificat de localisation que son terrain était agricole. Elle avait donc la certitude qu'elle pourrait construire plusieurs bâtiments reliés aux animaux.

Un service essentiel, exemplaire, sécuritaire

Il faut s'y prendre d'avance pour faire garder son chien au Chien d'Or. À tel point que Cynthia Donahue doit refuser 10 à 15 demandes chaque fin de semaine. Et oubliez les deux semaines de vacances dites de la construction : les places sont toutes prises. Elle a refusé plus de 100 demandes pour ces deux semaines. Le 24 décembre prochain ? Seulement deux places sont disponibles, et c'est dans six mois... Le comble de l'ironie est que des personnes faisant partie du conseil municipal de Saint-Georges et du personnel de la Ville y font garder leur chien.

Les chiens sont lavés, bien traités et jouent régulièrement à l'extérieur dans des enclos très sécuritaires. La garderie dispose même de deux employées à temps partiel pendant l'année, puis à temps plein l'été. 

Le bâtiment de la garderie est climatisé, chauffé, a un déshumidificateur, un bain, une caméra par chien, est assuré pour le feu, le vol et le vandalisme.

 Une passion pour les animaux

Cynthia Donahue, originaire de Saint-Georges, a toujours aimé les animaux, dont les chiens. Avant de revenir en Beauce en 2010, elle travaillait à Québec pour le Directeur de la protection de la jeunesse (DPJ). Elle a quitté cet emploi, qui incluait un fonds de pension généreux, pour se consacrer à sa passion. Quand elle demeurait à Québec et qu'elle revenait à Saint-Georges pour rendre visite à ses parents, elle se souvient qu'elle devait faire garder son chien dans la capitale parce qu’il n’y avait aucun endroit approprié à Saint-Georges.

La clientèle

Les gens qui veulent faire garder leur chien au Chien d'Or le font pour des raisons variées. Ils veulent avoir un animal de compagnie tout en pouvant s'offrir des journées de congé à l'extérieur ou accompagner leurs enfants lors d'activités sportives ou artistiques.

Pour de nombreux clients, dont Andrée-Ann Cloutier, la décision est incompréhensible : « Pourquoi refuser un agrandissement d’une entreprise de plus en plus en demande ? L’entreprise est très bien gérée et la demande pour pouvoir faire garder nos chiens est grandissante ! D’un côté, c’est bien, ça prouve que les gens veulent le bien pour leur animaux, le meilleur service. J’aime bien partir en vacances la tête en paix en sachant que mes chiens vont jouer, dépenser leur énergie, être nourris comme ils le seraient chez moi ! Et même plus, car elle offre de bons services ! Où allons-nous porter nos chiens pour nos vacances, car il n’y a plus de places ? À l’hôtel de ville peut-être ? Vous allez vous en occuper comme elle le fait ? »

Jessica Champagne, une citoyenne, soutient que cette décision va à l'encontre de la fibre entreprenariale beauceronne : « Venez à Saint-Georges. On encourage les entrepreneurs, mais on vous empêche d'agrandir votre entreprise. »

Plusieurs garderies de chiens clandestines à Saint-Georges

Il existe plusieurs garderies clandestines pour chiens en ville, voire environ sept ou huit. Les chiens sont soit dans un sous-sol, soit attachés avec des chaînes à l'extérieur. Leurs revenus ne sont pas déclarés. Ces endroits n'ont pas de permis et ne font jamais l'objet de vérifications. Lorsque le Chien d'Or affiche complet, plusieurs propriétaires se tournent vers ces garderies illégales aux services douteux, puisqu'il n'y a pas de solution autre. De nombreux chiens s'enfuient, parce que ces endroits n'ont pas d'enclos à proprement parler. Précisons qu'il y a environ 3500 chiens licenciés à Saint-Georges.

Les solutions

Si la Ville lui permettait d'agrandir son bâtiment, et ainsi d'avoir jusqu'à 30 chiens, Cynthia Donahue pourrait avoir un peu de temps de qualité. En augmentant ses revenus, elle pourrait attribuer plus d'heures à ses employées et s'octroyer quelques jours de congé, elle qui est aussi mère de trois enfants.

« Arrangée comme je suis là, je n'ai pas les reins financiers assez solides pour avoir quelqu'un à temps plein. Mais j'ai beaucoup d'ouvrage pour être toute seule. Si je doublais mes revenus, je pourrais prendre des congés. J'aurais le salaire pour mettre deux employées ici », a affirmé Mme Donahue, qui travaille sept jours sur sept.

On lui dit souvent de déménager en zone agricole, où la Ville ou un autre village permettrait un tel usage. Mais déménager impliquerait de déménager sa famille, dont ses trois enfants qui sont attachés à l'endroit où ils habitent. Déménager impliquerait aussi d'acheter une terre à un demi-million de dollars, construire un autre bâtiment à 100 000 dollars, vendre sa maison, etc. Selon elle, c'est irréaliste.

***

Enfin, Cynthia Donahue ne veut pas déclarer la guerre à la Ville de Saint-Georges. Elle veut seulement veut avoir la permission de mener à bien son projet, qui nécessite de doubler la superficie de son bâtiment et d'avoir jusqu'à 30 chiens. Par ailleurs, si la Ville donnait son accord, le Chien d'Or serait sous la supervision du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) qui, comme chacun sait, assure un suivi rigoureux auprès des endroits qu'il régit. Déjà que le Chien d'Or n'a jamais été l'objet de plaintes jusqu'à présent, imaginons s'il était supervisé par la MAPAQ. La Ville n'aurait alors rien à craindre, car la gestion du ministère est bonne.

La Ville de Saint-Georges changera-t-elle son fusil d'épaule ?

À lire également :

 

Vous avez un scoop
Vous connaissez des entrepreneurs de la Beauce qui sont inspirants et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous à l’adresse communiques@enbeauce.com afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

8 réactionsCommentaire(s)
  • bonne chance Cinthia.....en esperant que st georges saura s'ouvrir le yeux et t'accordera ton permis....cette entreprise est importante pour plusieurs personnes de la ville

    rejean nadeau - 2018-06-29 14:17
  • Je suis d' accord avec votre idée beau ragrandir votre votre chenil pour garder les chiens je vous félicite de votre projet

    Donat Marcotte - 2018-06-29 16:04
  • L'urbanisme sert justement à éviter que les secteurs résidentiels deviennent commerciaux. Une fois installé, le commerce agrandi de Mme Donahue créerait un précédent qui ouvrirait la porte à d'autres commerces...pas dur à comprendre.Mme Donahue n,a qu'à garder sa maison et s'établir en zone commerciale,comme tout le monde.

    Amateur de pitous et de justice - 2018-06-29 21:00
  • faut pas trop en demander a des fonctionnaires et des élues par 25% de la population l'intélligence est passée loin d'eux quand y sont né

    un gars qui est pour la garderie - 2018-06-30 02:44
  • moi mon chien je m.en occupe avant de en prendre un regarder a vos responsabilités la ville n.est pes une pouponniere a chien moi je paye mes taxes pour l.entretien de la ville pas pour les chiens les chats les chevaux et autres betes soyez honnetre

    justicier - 2018-06-30 19:34
  • La dame devait savoir en achetant la propriété les contraintes s’y attachant. Il y a tjs des gens qui veulent contourner les règles et c’est pour ça qu’on obtient des villes toutes croches du point de vue urbanistique. Que la ville tienne son bout.

    J - 2018-07-03 09:09
  • J’appuie Cynthia entièrement. Elle offre un service hors du commun à un prix raisonnable et les propriétaires de pitous comme moi se sentent en confiance. Il est évident qu’un aggrandissement ne dérangerait personne et je crois qu’une ville se doit de démontrer un peu de flexibilité pour encourager une entreprise honnête. Il ne faut pas soutenir que les « gros noms » qui ont de l’argent plein les poches. Lâche pas Cynthia!

    Geneviève - 2018-07-05 20:55
  • Il y a clairement un parti pris dans cet article de la part du journaliste. Soyez plus objectif dans le traitement de l'information je vous prie.


    Marjorie - 2018-07-09 09:30