Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Autobiographie « Briller »

« L’important c’est de ne jamais lâcher! » — Nancy Paquet

durée 18h00
14 décembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Léa Arnaud
email
Par Léa Arnaud, Journaliste

Selon Nancy Paquet, « l’important c’est de ne jamais lâcher ! » Et c’est justement ce qu’elle a souhaité mettre en avant dans son autobiographie intitulée Briller.

Devenue mère pour la première fois à l’âge de 15 ans, Nancy n’a jamais abandonné ses rêves. Elle a passé son diplôme en coiffure alors que son fils était encore très jeune et elle a ensuite avancé professionnellement jusqu’à créer le Complexe Signature, ici, à Saint-Georges. Un long parcours, non sans embûche, qu’elle raconte aujourd’hui dans un livre.

« C’est ce que tu vis qui te fait avoir de la résilience. Le nombre de fois où j’ai fait des affaires et que ça n’a pas marché, j’ai continué et finalement ça a marché. Je suis contente d’avoir réessayé! », a-t-elle confié en rencontre avec EnBeauce.com.

Être jeune maman d’un garçon sourd profond

Nancy est tombée enceinte de Tom alors qu’elle n’avait que 15 ans. À ce jeune âge, elle a dû faire face aux regards des autres élèves de son école et assumer sa grossesse. « J’ai dû assumer d’être enceinte au secondaire 4 et assumer qu’à un moment ça allait paraître. À cette époque les oraux c’était ma mort et aujourd’hui je m’en vais donner des conférences dans les écoles! », a témoigné celle qui aujourd’hui souhaite transmettre l’espoir aux jeunes mères comme elle.

Quelque temps plus tard, alors qu’elle commençait son cours de coiffure, elle a appris que son garçon était atteint de surdité profonde. « Donc j’ai dû apprendre la langue des signes, l’envoyer en réadaptation, faire un grand cheminement avec lui. Puis, au travers de ça, j’ai décidé de ne pas lâcher ce que je voulais faire dans ma carrière parce que j’ai toujours voulu être coiffeuse, depuis que j’ai 7 ans. »

Malgré son jeune âge et avec le soutien de ses proches, la Beauceronne était déterminée à faire en sorte que son fils ne soit pas « victime de sa condition », une notion essentielle pour elle. Tom devait être capable d’expliquer son handicap à ses copains d’école pour être mieux compris. 

« Quand on a voulu faire implanter mon garçon, il y avait des critères et le premier c’était le critère physique, fallait qu’il puisse avoir un implant cochléaire, après ça fallait qu’il soit capable d’être calme et de suivre une réadaptation, puis fallait qu’il ait du vocabulaire et qu’il parle en signe, et que les parents soient compétents et très impliqués. Moi j’avais 17 ans et je devais tout apprendre. J’ai tout fait ce que j’avais à faire. Faut que tu bâtisses ta confiance et la sienne pour pas qu’il se fasse écoeurer à l’école. Il fallait que pour lui ce soit une normalité et pas un handicap, qu’il soit capable de l’expliquer. »

Nancy a donc appris le langage des signes à son fils en lui expliquant chaque mot. Puis, elle lui a réappris à parler après la pose de son implant. « J’ai dû lui apprendre mot par mot. J’avais des grands bacs d’objets puis je lui montrais ce que chaque mot signifiait. Avant de comprendre ce qu’un mot signifie, ça prend une centaine de répétitions et en signe c’est la même chose. »

Notons tout de même que lorsqu’elle a eu son enfant, Nancy savait qu’il n’entendait pas bien, mais en raison de son jeune âge, les médecins ne l’ont pas prise au sérieux. Mais elle a continué de s’obstiner et de se battre pour que ça avance dans le bon sens. « Même si on vous dit que ça ne va pas marcher, essayez-le! »

Aujourd’hui Tom à 24 ans, « c’est un enfant magnifique. » Il a une vie normale et il parle. Il a désormais deux petits frères et une petite sœur. 

Briller, pour transmettre l’espoir

Avec tout ce qu’elle a vécu au cours de sa vie, cette coiffeuse passionnée s’est souvent vue dire par ses clients qu’elle pourrait en écrire un livre. Une idée que Nancy a gardée dans un coin de sa tête, jusqu’à cet été, où elle a assisté à une conférence. À la fin de cette rencontre, les participants ont été mis au défi de faire quelque chose auquel ils ont toujours pensé, mais qu’ils n’avaient jamais osé entreprendre. 

Nancy a alors envoyé son histoire à une personne de Desjardins qui s’occupe du programme Ma vie, mes passions, qui vise à faire des conférences dans les écoles pour contrer le décrochage scolaire et encourager les jeunes. « Si je peux aider une jeune fille qui est découragée parce qu’elle est enceinte et lui dire “Non non, regarde ce que tu peux faire quand même”, alors je trouve ça cool! » Son histoire a été retenue et elle a été engagée pour devenir conférencière dans les écoles. 

Cette personne dans l’organisation financière  a souligné le fait que l’histoire de Nancy touche plusieurs sphères: l’entrepreneuriat, la grossesse adolescente et le handicap. Ce qui en ferait un bon livre d’après elle. Elle a alors transmis l’idée à Gwen Bobée, une auteure qui écrit les histoires des conférenciers de Desjardins et c’est elle qui a écrit Briller.

« Honnêtement, je ne savais pas ce que ça mangeait en hiver d’écrire un livre, mais je ne savais pas non plus ce que ce serait d’avoir un enfant à 15 ans, et d’avoir un enfant sourd et de monter un business. Je me suis souvent lancé dans des affaires sans savoir que ce serait si gros, mais ça m’a toujours amené du positif. »

Au cours des derniers mois, elles ont donc écrit cette histoire chapitre par chapitre. « J’ai découvert plein d’affaires. Tu prends vraiment un pas de recul quand tu fais une autobiographie. Elle (l’auteure) te ramène super loin, jusqu’à l’enfance. Tu repasses à chaque étape, tu revis les émotions que tu as vécues. Elle pose beaucoup de questions aussi pour connaître les détails. C’est vraiment en faisant le livre que j’ai réalisé que c’est une étape à la fois et à un moment donné tu te transformes, à force d’essayer des affaires et de réussir. Quand tu as un échec, tu n’as pas d’autres choix que de rebondir », a confié Nancy Paquet.

L’entrepreneure en elle voulait montrer aux gens que sa belle entreprise qui grandit et qui tourne à merveille n’est pas tombée du ciel. « Les gens voient juste que ça roule et que ça à l’air hot, mais des fois ils comprennent pas à quel point on part de loin et qu’on peut quand même se rendre-là. » 

L’objectif de son ouvrage est aussi de transmettre l’espoir aux jeunes mères, aux entrepreneurs, à quiconque vivrait des choses difficiles dans sa vie. « Même s’il arrive plein de choses, t’as quand même le droit de concrétiser tes rêves au travers de tous ces défis. La seule chose qui va être gage de succès, c’est de ne pas lâcher. »

En plus de son livre, Nancy présentera donc son histoire dans plusieurs écoles pour encourager les jeunes.

« Si je peux juste donner des pistes de solution et encourager les gens à penser que c’est possible. Que même s’il t’arrive une catastrophe t’es pas pogné avec, fais-en quelque chose de beau. »

 

Le livre autobiographique de Nancy Paquet est désormais disponible au Complexe Signature à Saint-Georges et il sera très bientôt en librairie.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


16 juillet 2024

Quarante ans de vie municipale pour Paul Morin

Le Beaucevillois Paul Morin a consacré toute sa carrière professionnelle au service de la localité qui l'a vu naître, et voilà maintenant 40 ans que dure son aventure municipale. Après ses études collégiales au Cégep de Rivière-du-Loup, il a fait son entrée à la Ville de Beauceville en 1984, comme technicien en loisirs pour un stage à temps ...

12 juillet 2024

Nathan Chatigny : un jeune footballeur de 16 ans à la conquête des États-Unis

Âgé de seulement 16 ans, Nathan Chatigny, jeune joueur de football originaire de Saint-Georges, a choisi de tenter l’aventure aux États-Unis afin de pouvoir continuer son secondaire tout en poursuivant son développement dans le football. Après avoir fait une demande à l’école Saint-Andrew (Saint-Andrew’s School) située à Boca Raton en Floride, le ...

9 juillet 2024

Philippe Pallafray: un pilier du Symposium international de la sculpture

Invité à la troisième édition et soutien technique pendant cinq ans, l'artiste Philippe Pallafray accorde une importance spéciale au Symposium international de la sculpture de Saint-Georges. Passionné d'art depuis sa jeunesse, il s'intéresse à la sculpture depuis l'âge de huit ans. Un événement créé dans sa ville natale en France, l'a plongé dans ...