Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Résidente initiale de Saint-Bernard

Rosalie Breton dans sa meilleure année de hockey

durée 16h15
24 août 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Mathieu Bouchard-Racine
email
Par Mathieu Bouchard-Racine, Journaliste

La joueuse de hockey de 17 ans Rosalie Breton a connu une belle année de hockey. Une séquence où elle s'est vue recevoir de belles distinctions, mais aussi participer à d'importants matchs.

Sur ces moments déterminants dans sa carrière, Rosalie s'est confiée avec EnBeauce.com par entretien téléphonique. Ce qu'elle en retient, c'est une année marquée par de grands moments, qui l'ont sorti de sa zone de confort.

« J'ai vraiment eu la meilleure année de hockey de ma vie. J'ai eu la chance de participer à plein d'événements. Les efforts que j'ai mis ont finalement donné quelque chose cette année. »

Parmi ces grands moments de l'année, on peut noter sa participation avec Équipe Québec aux derniers Jeux du Canada. Elle a également été récipiendaire de l'une des bourses remises par les Canadiens de Montréal et la Fondation Aléo, qui récompensent annuellement des joueurs de hockey du Québec.

Plus récemment, elle a porté l'uniforme canadien à Lake Placid, pour affronter les États-Unis en trois joutes. Le Canada a battu ses voisins du sud pour les trois duels, pendant que la défenseure de Saint-Bernard avoue être sortie de sa zone de confort habituelle.

« J'ai été amenée à avoir un rôle que je n'avais jamais vraiment eu. J'ai dû adapter mon style de jeu en conséquence. Avec la quantité de bonnes joueuses là-bas, j'ai dû aussi revoir mon temps de jeu à la baisse. »

Effectivement, le fait de rejoindre une formation rassemblant les meilleures femmes de moins de 18 ans sur la glace, lui a demandé d'occuper un rôle plus défensif, à la ligne bleue. Cette situation lui a demandé certains défis.

« Je devais être prête à embarquer, même en passant un bon moment sur le banc », a-t-elle expliqué en ce sens.

Cependant, celle qui a l'habitude de porter le numéro 18 se dit confiante d'avoir livré de bonnes choses sur la patinoire, en plus d'avoir relevé ce défi.

« J'ai une bonne vision du jeu et des bonnes habiletés sur la glace, ce qui a fait en sorte que j'ai su m'adapter assez rapidement.  »

Après avoir passé un moment avec les As de Québec, dans la Ligue de Hockey d'Excellence du Québec (LHEQ), la joueuse beauceronne atteint un niveau supérieur au collégial.

C'est en effet avec les Titans du Cégep de Limoilou dans la Divison 1, qu'elle prévoit passer les trois prochaines saisons régulières, en plus des études. Cette nouvelle équipe ne l'empêchera pas d'avoir de bons défis en tête.

Parmi ses prochains objectifs, une place dans l'équipe québécoise pour les championnats canadiens de novembre serait visée, à court terme. Elle souhaite également prolonger sa place avec Équipe Canada junior, cette fois au Championnat du monde des moins de 18 ans, prévu en janvier.

Pour ce faire, son jeu physique, sa finesse et son apport défensif seront des atouts à travailler, d'après ses propos. Sa dernière année lui aura certainement appris à ajouter plusieurs cordes à son arc, elle qui évolue à la ligne bleue.

À lire également:

Rosalie Breton et Luc-Antoine Labbé honorés par les Canadiens de Montréal

Jeux du Canada : Rosalie Breton compte deux victoires

Cinq athlètes de la Beauce représentent le Québec aux Jeux du Canada

Fondation Nordiques: de nombreux Beaucerons titulaires d'une bourse

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h00

Piste cyclable: si près du but

L'auteur de cette lettre à l'éditeur s'interroge pour quelles raisons les autorités tardent à construire le pont, qui enjamberait la rivière Calway entre Beauceville et Saint-Joseph-de-Beauce, pour compléter la piste de la Véloroute de la Beauce. Aimez-vous le cyclisme, le patin à roues alignées, la marche, la course, le quadriporteur? Eh bien ...

6 juin 2024

Jour J: un devoir de mémoire même après 80 ans

Il y a vingt ans aujourd'hui, je recevais un appel complètement inattendu: celui de Maurice Loriot, le père de mon bon ami Français, Philippe. C'était alors le 60e anniversaire du débarquement de Normandie, le fameux Jour J, qu'il avait vécu. Il voulait simplement, mais sincèrement, me remercier, en son nom personnel et au nom de ses ...

26 mai 2024

Pour comprendre un conflit, il faut remonter à sa source

L'auteur de cette lettre à l'éditeur a fait parvenir sa missive à la suite de la lecture de la chronique de Pier Dutil, parue chez EnBeauce.com le 8 avril dernier et intitulée «Qui arrêtera Netanyahou et Poutine?» Le responsable de la guerre n'est pas nécessairement celui qui la déclenche, mais celui qui l'a rendu ...