X
Rechercher
Publicité

Négociations de la convention collective

Les paramédics de TASBI en ont assez, dit leur président syndical

durée 12h00
30 novembre 2021
Sylvio Morin
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles
1ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante

Les paramédics syndiqués de TASBI (Travailleurs ambulanciers de Beauce incorporé) ne dérougissent pas de colère depuis la rencontre de négociation du 23 novembre alors que la partie patronale a fait savoir qu’elle ne voulait pas négocier la question des horaires de faction.

« C’est assez! On fait rire de nous! Les différents acteurs du gouvernement se lancent la balle dans ce dossier depuis beaucoup trop longtemps! La partie patronale se targue de vouloir améliorer le service à la population. Eh bien, l’amélioration du service à la population passe inévitablement par l’abolition des horaires de faction. Ce type d’horaire a été mis en place en 1989 et il est maintenant totalement désuet », a déclaré Christian Duperron, président de TASBI, par voie de communiqué de presse.

Selon le syndicat, les horaires de faction consistent à avoir deux paramédics de garde 24 heures sur 24 pendant 7 jours. Durant cette période, les travailleurs ne sont rémunérés que 80  heures sur les 168 heures de garde que cela représente. La formule a cours sur le territoire dans le secteur de Lac-Mégantic.

De plus, estiment les membres du TASBI, ce type d’horaire allonge les délais d’arrivée des ambulances puisque lorsqu’ils reçoivent un appel, les paramédics doivent d’abord se rejoindre à la caserne avant de se mettre en route vers la destination indiquée. Au contraire, lorsque les paramédics affectés sur des  horaires réguliers sont postés dans l’ambulance ou en caserne, ils sont prêts à se mettre en  route immédiatement. C’est ce type d’horaire que les paramédics réclament depuis plus de  20 ans.

« C’est un immense frein à l’attraction et à la rétention des paramédics en région. Les jeunes préfèrent aller travailler où il y a des horaires de travail réguliers. La pénurie de personnel  cause régulièrement des fermetures du service d’ambulance dans la région du Granit. Il n’y  a rien de surprenant là-dedans; il n’y a que des horaires de faction dans ce secteur. Il est grand temps que ça change! », de renchérir M. Duperron qui est aussi déçu de l’offre monétaire reçue le 19 octobre dernier.

Rappelons que la convention collective des paramédics est échue depuis mars 2020 et que le syndicat s'est voté unanimement un mandat de grève le 9 juin dernier.

À lire également:
Élargissement des actes médicaux des paramédics: difficile dans la région, avise le TASBI

commentairesCommentaires

1

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

  • FB
    France B
    temps Il y a 6 mois
    Ces gens font un travail extraordinaire et mérite d’être bien traités! Coupons plutôt dans les salaires exagérés des cadres au gouvernement pour mieux appuyer ces paramedics qui seront chez vous en toute vitesse pour vous sauver la vie!

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 18h00

Mieux connaître la police: rencontre avec Annie Thériault

Dans le cadre de la Semaine de la police, sur le thème « Mieux se comprendre : la police et le citoyen », EnBeauce.com a rencontré six membres des forces de l'ordre afin de démystifier le métier et découvrir qui se cache derrière ces uniformes. Aujourd'hui, découvrez Annie Thériault, policière à la Sûreté du Québec depuis 24 ans, dont 19 ans à ...

durée Hier 14h00

COVID-19 : pas de nouvelles hospitalisations en Chaudière-Appalaches

Selon le bilan de la Santé publique régionale, il y a eu un seul nouveau décès liés à la COVID-19 en Chaudière-Appalaches. De plus, il n'y a eu aucunes nouvelles hospitalisations dans les 24 dernières heures Le décès est survenu sur le territoire de la MRC de Lotbinière. Ceci porte le nombre total de décès en Chaudière-Appalaches depuis le début ...

durée Hier 5h00

Soins de longue durée : le rapport de la VG confirme le retard du Québec 

Les constats de la vérificatrice générale (VG), Guylaine Leclerc, sur les  soins et l’hébergement de longue durée confirment ce que le Réseau FADOQ dénonce depuis de  nombreuses années : le laxisme et l’inaction des différents gouvernements successifs font en sorte que  nous ne prenons pas convenablement soin des personnes aînées.  « Nous savions ...