Publicité

Chroniques financières, par

12 août 2013 - 08:15

Faire le grand saut sans s’endetter


Les futurs mariés choisissent souvent une chanson toute spéciale qui restera à jamais gravée dans leurs coeurs. Comme nous sommes dans la saison de choix pour les célébrations nuptiales (près de 67 000 mariages en juin, juillet et août au Canada*), l’occasion est belle d’examiner les meilleures stratégies financières pour ceux qui souhaitent faire le grand saut, mais garder un souvenir mémorable de la chanson et non de la facture du mariage.
 
Voici des conseils pour limiter vos dépenses.
 
Un mariage formidable à la mesure de vos moyens. Ne songez pas uniquement au champagne et aux hors-d’oeuvre. Pensez aussi à votre situation financière à long terme. Offrez-vous un mariage inoubliable, mais faites-le dans les limites de votre budget, sans oublier de discuter de tous vos autres projets financiers communs.
 
Résistez à la tentation du crédit. Mettez de côté votre carte de crédit. Payez les dépenses avec vos économies et évitez de « piger » dans vos placements ou votre épargne-retraite, sinon vous n’en finirez plus de payer la facture de votre mariage. À titre d’exemple : si vous payez avec une carte de crédit assortie d’un taux d’intérêt de 14 % des dépenses de mariage de 25 000 $ et que vous ne faites que le paiement minimum chaque mois, il vous 
faudra 100 ans pour rembourser cette dette.
 
Ne dérogez pas de votre budget. C’est facile de s’emballer, mais tenez le coup. Et tant qu’à y être, fixez-vous d’autres objectifs financiers. Voici un modèle de budget simple pour vous aider à garder le cap :
 
• À combien s’élève la dette de chacun d’entre nous avant le mariage? _____$
 
• À combien s’élèvent nos économies? _____$
 
• Quel est notre revenu mensuel conjoint (salaire et autres revenus)? _____$
 
• Quelles sont nos dépenses mensuelles? _____$
 
• Combien pouvons-nous épargner mensuellement pour notre mariage? _____$
 
• Combien pouvons-nous épargner ou investir pour nos autres « rêves »? _____$
 
 
Voici quelques autres éléments à considérer :
 
• Même s’il s’agit d’une question délicate à aborder, songez à un accord prénuptial.
 
• Malgré toutes les dépenses du mariage, il pourrait vous rester un surplus. Vous devrez alors décider quoi faire de ces fonds : rembourser une dette d’études, faire une mise de fonds pour l’achat d’une maison ou commencer à cotiser à un régime d’épargne-retraite ou un compte d’épargne libre d’impôt, par exemple.
 
• Voyez à mettre à jour vos testaments.
 
Planifiez un mariage exempt de dette et une vie financière paisible avec votre nouveau partenaire de vie, sans oublier de consulter votre conseiller professionnel et votre notaire.

*Statistique Canada – Mariages, selon le type de mariage et le mois, Canada, provinces et territoires, 2004.
 
Cette chronique, rédigée et publiée par Services Financiers Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de services financiers) et par Valeurs mobilières Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet en planification financière), contient des renseignements de nature générale seulement; son but n'est pas d'inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement. Adressez-vous à un conseiller financier pour obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle. Pour de plus amples renseignements sur ce sujet, veuillez communiquer avec votre conseiller du Groupe Investors.
Pour me joindre : 1 418 227-8631 poste 223 | [email protected]

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: