Publicité

Chroniques financières, par

9 septembre 2013 - 10:43

L’herbe est-elle vraiment plus verte chez le voisin?


On connaît tous quelqu’un qui possède ce dont on a envie. Et s’il ne semble pas avoir beaucoup plus de moyens financiers que nous, on pense pouvoir se le permettre nous aussi! Mais à penser ainsi, on risque de se retrouver enterré sous une montagne de dettes dans le temps de le dire…

Rien ne vous oblige à faire comme les voisins et à succomber à la multitude de sollicitations de la société de consommation. Vous vous en tirerez toujours mieux en vivant selon vos moyens. Voici quelques trucs pour résister à la tentation et garder le contrôle de vos dettes :

 

Commencez par dresser un budget qui fait la distinction entre ce dont vous avez envie et ce dont vous avez besoin. Dressez la liste de toutes vos dépenses nécessaires (besoins) et discrétionnaires (envies). Déterminez vos sources de revenus et, autant que possible, réduisez vos dépenses jusqu’à ce qu’elles soient inférieures à vos revenus, si ce n’était pas déjà le cas. Idéalement, il devrait rester de l’argent pour épargner et investir.

 

Répartissez vos dépenses parmi trois catégories : passé, présent et futur. Passé : dépenses payées par un emprunt (prêt personnel, carte de crédit, etc.). Présent : frais de subsistance. Futur : épargne pour financer les études des enfants ainsi que votre retraite et celle de votre conjoint.

 

Utilisez le crédit à bon escient. Obtenir du crédit n’a jamais été aussi facile, mais avant d’y recourir, étudiez votre situation financière. Vous auriez peut-être plutôt intérêt à épargner pendant une certaine période pour faire l’achat sans vous endetter.

 

Calculez votre ATD. Lorsque vous demandez un prêt hypothécaire, le prêteur doit calculer le ratio d’amortissement total de la dette (ATD) pour savoir si vous avez les reins assez solides pour assumer les paiements hypothécaires. Ce ratio représente le pourcentage de votre revenu annuel brut consacré aux paiements hypothécaires, aux taxes foncières, au chauffage et aux autres dépenses liées au logement en plus de vos autres obligations mensuelles telles que les paiements de cartes de crédit, prêts personnels, pension alimentaire, etc. Généralement, si votre ratio dépasse les 40-42 %, c’est un signe que vous êtes trop endetté.

 

Non, l’herbe n’est pas plus verte chez le voisin, et si on veut réaliser ses propres rêves financiers, il vaut mieux ne pas tenter d’imiter son train de vie! Tournez-vous plutôt vers un conseiller professionnel. 


Cette chronique, rédigée et publiée par Services Financiers Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de services financiers) et par Valeurs mobilières Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet en planification financière), contient des renseignements de nature générale seulement; son but n'est pas d'inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement. Adressez-vous à un conseiller financier pour obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle. Pour de plus amples renseignements sur ce sujet, veuillez communiquer
Pour me joindre : 1 418 227-8631 poste 223 | [email protected]

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: