Publicité

Chroniques financières, par

23 septembre 2013 - 08:50

Ce joli chaton dans la vitrine…

Dans le cadre d’une planification financière, on évalue l’ensemble de votre situation pour déterminer votre niveau de santé financière et les moyens à prendre pour que vous réalisiez vos rêves de vie et de retraite. Et parfois, on s’aperçoit que des éléments d’apparence anodine risquent de vous éloigner de vos objectifs. Prenons l’exemple des coûts réels associés aux animaux domestiques. Même un adorable chiot reçu en cadeau vient avec un prix à payer!

En 2009, Statistique Canada1 estimait que près de la moitié des Canadiens avaient un animal de compagnie. En moyenne, les dépenses pour la nourriture s’élevaient alors à 3 296 $, et celles pour les services (vétérinaires et autres) à 2 149 $. Imaginez alors les prix actuels! L’association de médecine vétérinaire de l’Ontario (l’OVMA)2 estime qu’un chien adulte de 40 livres coûte au total 2 150,50 $ par année (vaccins, examens vétérinaires, nourriture, etc.), et un chat adulte de 10 livres, 1 598,83 $.

À cela s’ajoute les frais d’acquisition si l’animal ne vous est pas donné en cadeau. Adopter un chien d’un refuge, si vous lui achetez en plus une laisse, des jouets, etc., vous revient entre 290 $ et 520 $. Pour un chat, entre 27 $ et 292 $3. Acheter d’un éleveur peut aller jusqu’à 1 200 $, selon la race choisie.

Même la facture des plus petites bêtes peut se révéler salée3 : lapin, 449 $ par an; cochon d’inde, 420 $; hamster, rat ou gerboise, 225 $! Et ça, c’est si elles ne tombent pas malades!

Multipliez ces frais annuels par l’espérance de vie de l’animal (chien : 18 ans, chat : 20 ans, gerboise, poisson et autres petits animaux : beaucoup plus courte) et vous comprendrez pourquoi il faut ajouter votre animal à votre budget. Ne pas le faire risque fort de nuire à votre plan financier et à l’atteinte de vos rêves.

 

À inclure dans le budget :

 

• Dépenses uniques : coût d’acquisition; accessoires de base tels qu’un collier, une laisse, des bols et des jouets; stérilisation, tatouage/micropuce d’identification, licence.

 

• Dépenses courantes : nourriture et gâteries, visites vétérinaires, toilettage, frais de garde.

 

• Fonds d’urgence : au cas où l’animal aurait besoin de soins vétérinaires.

 

Eh oui, on peut bel et bien mettre un prix sur la tête de votre animal de compagnie, mais cela ne veut pas dire qu’il n’en vaut pas la peine, loin de là! Il faut simplement ajuster votre plan pour qu’il en tienne compte. Ainsi, vous pourrez vivre de belles années avec pitou ou minou sans devoir renoncer à certains de vos objectifs financiers. Pour dompter vos dépenses, consultez votre conseiller professionnel.

 

http://www5.statcan.gc.ca/cansim/pick-choisir;jsessionid=79F42FB1D9C26B7EDDB9ABD7A2DDCEC7?id=3810023&p2=33&retrLang=fra&lang=fra 1CANSIM tableau 381-0023, Tableaux d'entrées-sorties, demande finale, niveau détaillé, prix de base. 2 Fifi, Fido & Finances, the Cost of Owning a Dog or Cat in 2012, Ontario Veterinary Association -- http://www.ovma.org/

 

3 The British Columbia Society for the Prevention of Cruelty to Animals (BCSPCA), Costs of Care -- http://www.spca.bc.ca/pet-care/adoption/5-steps-to-adoption/cost-of-care.html

Cette chronique, rédigée et publiée par Services Financiers Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de services financiers) et par Valeurs mobilières Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet en planification financière), contient des renseignements de nature générale seulement; son but n'est pas d'inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement. Adressez-vous à un conseiller financier pour obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle. Pour de plus amples renseignements sur ce sujet, veuillez communiquer
Pour me joindre : 1 418 227-8631 poste 223 | [email protected]

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: