Publicité

Chroniques financières, par

13 janvier 2014 - 15:07

Plus qu’un compte d’épargne

 

 

En 2009, le gouvernement fédéral instaurait le compte d’épargne libre d’impôt (CELI), qui a été présenté comme le plus important mécanisme d’épargne personnelle depuis la création des REER à la fin des années 50. On comprend donc bien pourquoi, en quelques années seulement, le CELI est devenu une solution d’épargne incontournable pour des milliers de Canadiens. Une croissance à l’abri de l’impôt et la possibilité de retirer facilement son argent à tout moment, pour quelque raison que ce soit et sans payer d’impôt, semblent des avantages alléchants, et ils le sont… particulièrement si vous en profitez pleinement. Pour mieux tirer parti des aspects positifs de votre CELI, voyez quelles en sont les règles.

 

 Tous les Canadiens de 18 ans et plus peuvent ouvrir un CELI.

 

 Les cotisations au CELI ne sont pas déductibles d’impôt, mais elles croissent à l’abri de l’impôt.

 

 Le plafond de cotisation annuel au CELI est indexé à l’inflation par tranches de 500 $. En 2013, le plafond a été haussé à 5 500 $, une limite qui sera maintenue en 2014 et probablement pour les prochaines années.

 

 Vous maximiserez la valeur de votre CELI en utilisant l’ensemble de vos droits de cotisation. Toutefois, si vous n’êtes pas en mesure d’y investir le plein montant de vos droits chaque année, ils s’accumuleront d’année en année pour une utilisation ultérieure.

 

 Si vous n’avez jamais ouvert un CELI, vos droits de cotisation inutilisés pourraient déjà avoir atteint 25 500 $.

 

 Si vous êtes titulaire d’un CELI, vos droits de cotisation pour 2014 sont calculés de la façon suivante :

 

o le plafond de cotisation annuel pour 2014, soit 5 500 $

 

o auquel s’ajoutent les retraits de 2013 (sauf les retraits de cotisations excédentaires, les transferts admissibles et les cotisations déterminées)

 

o et les droits de cotisation inutilisés reportés des années précédentes.

 

 Si vous faites un retrait, vous ne « regagnez » pas les droits de cotisation au CELI correspondants avant le 1er janvier de l’année qui suit le retrait.

 

 Les placements admissibles pour un CELI sont les mêmes que ceux des REER : notamment les fonds communs de placement, fonds de marché monétaire, certificats de placement garanti (CPG), titres négociés en Bourse et obligations de sociétés et de gouvernements.

 

 Les cotisations au CELI ne réduisent pas les droits de cotisation au REER.

 

 Les retraits du CELI n’ont pas d’incidence sur l’admissibilité aux prestations fondées sur le revenu comme la Sécurité de la vieillesse (SV).

 

 Le CELI peut être une bonne solution de placement pour des objectifs à court ou à long terme : il permet d’accéder rapidement à vos fonds en cas d’urgence, d’économiser en vue d’acheter une voiture ou une maison, d’épargner pour votre retraite et même de fractionner les revenus de votre couple pour réduire votre facture fiscale.

 

Assurez-vous de bénéficier pleinement de votre CELI – et de tous les éléments de votre plan financier global. Discutez-en avec votre conseiller. 

Cette chronique, rédigée et publiée par Services Financiers Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de services financiers) et par Valeurs mobilières Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet en planification financière), contient des renseignements de nature générale seulement; son but n’est pas d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement. Adressez-vous à votre conseiller financier pour obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle. Pour de plus amples renseignements sur ce sujet, veuillez communiquer avec votre conseiller du Groupe Investors
Pour me joindre : 1 418 227-8631 poste 223 | [email protected]

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: