Publicité

Chroniques financières, par

23 avril 2014 - 09:04

Dépenser, épargner, régler ses dettes : comment faire bon usage de son remboursement d’impôt

 

Normalement, il vaut mieux ne pas obtenir de remboursement d’impôt, mais si vous en recevez un, reste à savoir quel usage vous devriez en faire. Vous pouvez le dépenser, mais d’autres options auront des effets bénéfiques à long terme sur votre avenir financier :

 

• Convertir immédiatement le remboursement en cotisation à votre régime enregistré d’épargne-retraite (REER) pour 2014. Vous profiterez de presque une année supplémentaire de croissance potentielle à long terme à l’abri de l’impôt, en plus d’une déduction fiscale pour vos impôts de l’an prochain.

 

• Cotiser davantage à votre compte d’épargne libre d’impôt (CELI). Vous pouvez investir jusqu’à 5 500 $ par année dans un CELI. Vos cotisations ne sont pas déductibles, mais vous ne serez pas imposé sur le revenu produit par les placements de votre CELI. De plus, vous pouvez effectuer des retraits en franchise d’impôt en tout temps et cotiser de nouveau les sommes retirées au cours d’une année ultérieure.

 

• Investir votre remboursement. Si vous avez optimisé vos cotisations admissibles à un REER et un CELI, votre remboursement peut servir à augmenter vos placements non enregistrés. D’un point de vue fiscal, vous avez avantage à détenir les actions et les fonds d’actions à l’extérieur d’un REER ou d’un CELI en raison du taux d’inclusion des gains en capital plus avantageux et du crédit d’impôt pour dividendes qui s’applique aux dividendes de la plupart des sociétés canadiennes.

 

• Financer les études de vos enfants. Établissez des régimes enregistrés d’épargne-études (REEE) pour financer le coût de leurs études futures. Les cotisations à un REEE ne sont pas déductibles, mais la plus-value des placements s’accumule à l’abri de l’impôt et les cotisations donnent droit à une subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE)* pouvant atteindre 20% sur la première tranche de 2 500 $ de cotisations au REEE de votre enfant chaque année.

 

• Régler le solde de vos cartes de crédit à intérêt élevé et rembourser les dettes non déductibles comme votre prêt hypothécaire. Un seul remboursement anticipé pourrait vous faire épargner des centaines, voire des milliers de dollars en intérêts.

 

• Investir dans un placement à court terme si le remboursement est important. Vous pourrez retirer l’argent sans pénalité et vous disposerez d’un coussin pour les mauvais jours ou pour un achat important – comme une nouvelle voiture – ce qui vous évitera d’emprunter ou de recourir au crédit. (Le CELI peut aussi être un bon fonds de prévoyance.)

 

Recevoir un remboursement d’impôt fait toujours plaisir, mais ce qui est encore mieux, c’est de voir avec votre conseiller professionnel comment vous pouvez éviter d’en obtenir un l’an prochain dans le cadre d’un plan financier complet, qui vous permettra de réaliser tous vos objectifs financiers et vos aspirations et de payer moins d’impôt.

 

* La SCEE est offerte par le gouvernement du Canada.

 

 

Cette chronique, rédigée et publiée par Services Financiers Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de services financiers) et par Valeurs mobilières Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet en planification financière), contient des renseignements de nature générale seulement; son but n’est pas d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement. Adressez-vous à votre conseiller financier pour obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle. Pour de plus amples renseignements sur ce sujet, veuillez communiquer avec votre conseiller du Groupe Investors
Pour me joindre : 1 418 227-8631 poste 223 | [email protected]

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: