Publicité

Chroniques financières, par

18 août 2014 - 10:15

Les lacunes des régimes d’assurance invalidité collective

 

Vous détenez une assurance invalidité collective au travail et c’est tant mieux – mais pourrait-elle répondre à tous vos besoins financiers si une invalidité devait vous empêcher de gagner votre vie?

Déterminez ce à quoi vous avez droit et quels sont vos besoins. Les régimes d’assurance invalidité collective sont offerts par les employeurs, et vous avez également la possibilité de souscrire une assurance individuelle directement auprès d’un assureur. Commencez par lire votre livret des avantages sociaux des employés pour comprendre exactement ce qui est couvert et ce qui ne l’est pas. Par exemple :

Vérifiez la définition d’invalidité. C’est très important. Certains régimes couvrent uniquement l’invalidité totale et ne prévoient rien en cas d’invalidité partielle, ce qui veut dire que si votre médecin accepte que vous retourniez au travail ne serait-ce que quelques heures par jour, vous pourriez perdre toutes vos prestations d’invalidité. De plus, dans de nombreux régimes collectifs, les prestations d’invalidité cessent après deux ans si vous pouvez effectuer les tâches d’un emploi rémunéré pour lesquelles vous avez les compétences.

Vérifiez si des plafonds s’appliquent. Beaucoup de régimes couvrent entre 60 % et 70 % du revenu, mais ce montant peut être plafonné selon votre niveau de revenu. Par conséquent, votre régime d’assurance invalidité collective pourrait ne pas vous garantir un revenu suffisant.

Vérifiez si les prestations sont imposables. Si votre employeur paie une partie de vos primes d’assurance invalidité, les paiements que vous recevez seront assujettis à l’impôt. Si c’est vous qui payez les primes, les prestations qui vous sont versées n’entraîneront habituellement aucune conséquence fiscale (source : Bulletin d’interprétation IT-428 de l’Agence du revenu du Canada).

Vérifiez la transférabilité. Si vous changez d’emploi (et la plupart des Canadiens ont plusieurs emplois au cours de leur vie) et que votre régime collectif est détenu par votre employeur, il est possible que vous ne puissiez pas convertir votre assurance collective en assurance individuelle. Par contre, une police d’assurance invalidité individuelle dont vous êtes le titulaire et que vous payez est entièrement transférable et ne peut être annulée tant que vous payez les primes.

Vérifiez si des changements peuvent être apportés. Dans le cadre d’un régime collectif, les définitions d’invalidité et les prestations peuvent changer et les primes peuvent augmenter en tout temps. Dans le cas d’une assurance individuelle, une fois que la police est en vigueur, les conditions ne peuvent pas changer et les taux de prime ne peuvent pas augmenter jusqu’à l’âge de 65 ans, à moins que vous choisissiez de modifier votre couverture.

Si vous dépendez de votre propre capacité de générer un revenu, vous avez besoin d’une assurance invalidité adéquate. Renseignez-vous auprès de votre conseiller professionnel ou de votre spécialiste de l’assurance au sujet d’une protection appropriée dans votre situation particulière.
 

 

 

 

Cette chronique, rédigée et publiée par Services Financiers Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de services financiers) et par Valeurs mobilières Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet en planification financière), contient des renseignements de nature générale seulement; son but n’est pas d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement. Adressez-vous à votre conseiller financier pour obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle. Pour de plus amples renseignements sur ce sujet, veuillez communiquer avec votre conseiller du Groupe Investors
Pour me joindre : 1 418 227-8631 poste 223 | [email protected]

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: