Publicité

Chroniques financières, par

10 novembre 2014 - 10:22

Le moment est venu de discuter avec vos parents


Vous rappelez-vous des moments d’appréhension et du sentiment de malaise que vous avez vécus lorsque vous avez eu une discussion délicate avec vos enfants? Eh bien, préparez-vous à les revivre – même si le sujet est complètement différent – parce que le moment est venu d’avoir la « fameuse discussion » avec vos parents. En effet, vous devez discuter avec eux de leur santé et de leurs finances pendant qu’ils peuvent encore le faire et qu’ils peuvent participer pleinement aux décisions sur leurs conditions de vie, leurs soins et leur planification successorale. N’attendez pas qu’une crise éclate, cela risquerait de limiter les options de planification successorale et d’augmenter les coûts. Faites-le maintenant! Voici quelques conseils pour entamer la conversation : 

  • Ouvrez-leur une porte – vos parents attendaient peut-être une occasion d’avoir cette discussion; vous pouvez la leur fournir. Votre rôle est de les soutenir et de réunir l’information.
     
  • Utilisez des stratégies pour briser la glace en leur proposant, par exemple, de les aider pour leur planification successorale ou la planification de leur retraite.
     
  • Rappelez-vous que vos parents souhaitent et doivent conserver leur indépendance et leur dignité.
     
  • Écoutez – tentez de comprendre leurs peurs et leurs appréhensions. Axez la conversation sur leur santé et leur bien-être, et sur l’amour et l’intérêt que vous éprouvez à leur égard.

Voici les points que vous devriez aborder durant la discussion :

  • Sources de revenus – notamment l’effet sur le revenu mensuel en cas de décès de l’un des deux.
     
  • Placements – y compris les bénéficiaires de leurs placements enregistrés.
     
  • Dépenses – leurs revenus (en incluant l’aide gouvernementale) permettront-ils de couvrir leurs dépenses qui risquent d’augmenter avec l’âge?
     
  • Assurance – de quelle protection disposent-ils et est-elle suffisante?
     
  • Testaments existants – ont-ils désigné un représentant (exécuteur ou liquidateur) pour régler leur succession et partager leur patrimoine selon leurs volontés?
     
  • Procurations perpétuelles relatives aux biens (mandat en cas d’inaptitude au Québec) – assurez-vous qu’ils ont désigné quelqu’un pour prendre les décisions financières à leur place en cas d’incapacité.
     
  • Procurations relatives aux soins de santé, testaments biologiques, directives en matière de soins de santé – assurez-vous qu’ils ont désigné quelqu’un pour prendre les décisions en matière de soins de santé en cas d’incapacité.
     
  • Conservation des documents – informez-vous de l’endroit où leurs testaments et autres documents juridiques sont conservés; renseignez-vous sur l’emplacement et le contenu de leurs comptes bancaires et de leurs compartiments de coffre-fort.

Aborder cette « fameuse discussion » avec vos parents peut être difficile, mais c’est aussi nécessaire. Pour vous assurer de tirer le maximum des nombreuses stratégies de planification financière et successorale offertes pour vos parents, proposez l’ajout d’un conseiller professionnel à votre équipe de « planification ». Votre conseiller peut aussi apporter un point de vue extérieur valable et atténuer la gêne provoquée par cette discussion.


Pour me joindre : 1 418 227-8631 poste 223

[email protected]

 

Cette chronique, rédigée et publiée par Services Financiers Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de services financiers) et par Valeurs mobilières Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet en planification financière), contient des renseignements de nature générale seulement; son but n’est pas d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement. Adressez-vous à votre conseiller financier pour obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle. Pour de plus amples renseignements sur ce sujet, veuillez communiquer avec votre conseiller du Groupe Investors.

 

 
 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: