Publicité

Chroniques financières, par

19 janvier 2015 - 09:49

Ce qu’il faut savoir sur le CELI


Pour votre épargne personnelle, pensez à investir dans un compte d’épargne libre d’impôt (CELI). Depuis qu’il a été mis en place par le gouvernement fédéral, en 2009, le CELI s’avère un excellent outil pour qui veut faire fructifier ses économies à l’abri de l’impôt. Voici ce que vous devez savoir pour profiter de tous les avantages du CELI.

  • Tous les résidents canadiens âgés de 18 ans et plus peuvent ouvrir un CELI.
     
  • Les cotisations versées dans des placements détenus dans un CELI ne sont pas déductibles d’impôt, mais le revenu de placement n’est pas imposé.
     
  • Le plafond annuel de cotisation dans un CELI est indexé à l’inflation par tranches de 500 $. En 2013, l’Agence du revenu du Canada a haussé le plafond à 5 500 $, qui demeure le même en 2015.
     
  • Plus vous utilisez vos droits de cotisation à un CELI, plus vous maximiserez la valeur de votre compte. Cependant, si vous n’utilisez pas tous vos droits de cotisation chaque année, ils s’accumuleront au cours des années suivantes. Vous pourrez donc vous en prévaloir plus tard.
     
  • Si vous n’avez jamais eu de CELI et que vous étiez un résident canadien et aviez au moins 18 ans en 2009, vous disposerez de droits de cotisation inutilisés de 31 000 $.
     
  • Si vous avez déjà ouvert un CELI, vos droits de cotisation annuels pour 2015 seront calculés ainsi :
    • le plafond annuel pour 2015 de 5 500 $,
       
    • plus la somme des retraits de 2014 (sauf les retraits de cotisations excédentaires, les transferts admissibles et d’autres cotisations précisées),
       
    • plus les droits de cotisation inutilisés de 2014.
       
  • Le montant de tout retrait ne sera ajouté aux droits de cotisation au CELI que le premier jour de l’année suivant celle où il a été effectué.
     
  • Si vous cotisez plus que vos droits de cotisation à un CELI pendant l’année où vous faites un retrait, vous serez considéré comme ayant un montant excédentaire dans votre CELI et vous serez assujetti à une pénalité fiscale.
     
  • Généralement, les types de placements qui seront admissibles dans un CELI sont similaires à ceux qui sont admissibles dans un REER. Cela comprend des fonds communs de placement, des certificats de placements garantis (CPG), des valeurs mobilières cotées à une bourse de valeur désignée et des obligations du gouvernement ou d’entreprises.
     
  • Les droits aux prestations fondées sur le revenu, telles que les prestations de la Sécurité de la vieillesse (SV), ne sont pas réduits par les montants retirés d’un CELI.
     
  • Un CELI peut être un bon choix pour des objectifs financiers tant à court qu’à long terme. Il peut constituer un fonds de réserve pour des dépenses imprévues et un bon moyen d’épargner, que ce soit en vue de l’achat d’une nouvelle voiture, de vacances de rêve ou d’un acompte sur une nouvelle maison, et vous permet d’économiser de l’impôt sur vos placements non enregistrés et de bonifier votre épargne-retraite. Demandez à votre conseiller d’intégrer le CELI à votre plan financier, si ce n’est déjà fait. 

Pour créer votre richesse, contactez-moi au

1 418 227-8631 poste 223

[email protected]

Cette chronique, rédigée et publiée par Services Financiers Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de services financiers) et par Valeurs mobilières Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet en planification financière), contient des renseignements de nature générale seulement; son but n’est pas d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement. Adressez-vous à votre conseiller financier pour obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle. Pour de plus amples renseignements sur ce sujet, veuillez communiquer avec votre conseiller du Groupe Investors.

 

 
 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: