Publicité

Chroniques financières, par

27 avril 2015 - 09:29

Choc fiscal pour les retraités


Vous avez toujours payé vos impôts chaque année et vous avez peut-être même bénéficié le plus souvent d’un remboursement d’impôt. Puis voilà qu’à votre première année à la retraite, une surprise (parfois coûteuse) vous attend : pas de remboursement d’impôt, mais plutôt un « impôt à payer ». 

À la retraite, les sources de revenus changent. Votre revenu d’emploi est habituellement remplacé par les prestations du Régime de pensions du Canada (RPC)/Régime de rentes du Québec (RRQ) et de la Sécurité de la vieillesse (SV), vos autres revenus de retraite et les retraits sur votre épargne personnelle. Or souvent la première année, l’impôt retenu sur ces différentes sources est insuffisant et vous vous retrouvez avec une facture d’impôt le 30 avril.

Vous pouvez éviter ce genre de surprise en utilisant les stratégies suivantes :

  • Déterminez votre charge fiscale et tous les crédits et déductions auxquels vous avez droit

o Déterminez votre charge fiscale potentielle au moyen d’un calcul pro forma de l’impôt et mettez de l’argent de côté pour couvrir votre facture d’impôt.

o Si vous aviez 65 ans ou plus le 31 décembre 2014, vous pouvez être admissible au montant en raison de l’âge (non remboursable).

o Vous pouvez également avoir droit au crédit d’impôt pour personnes handicapées (non remboursable) si vous, votre conjoint ou une personne à charge admissible êtes atteint d’une déficience grave et prolongée.

o Vous pouvez demander une déduction pour les frais médicaux admissibles payés au cours de toute période de 12 mois se terminant durant l’année d’imposition et pour lesquels vous n’avez pas obtenu de remboursement. Conservez vos reçus.

o Si vous êtes admissible, vous pouvez faire le choix de fractionner jusqu’à la moitié de votre revenu de pension admissible avec votre conjoint ayant un revenu moins élevé.

  • Surveillez les avis d’acomptes provisionnels

o À votre deuxième année à la retraite, vous pourriez recevoir un avis de l’ARC vous informant que vous devez payer des acomptes provisionnels d’impôt. Vous recevrez un tel avis si l’impôt exigible sur votre dernière déclaration était supérieur à 3 000 $. Si les paiements ne sont pas effectués à temps, de l’intérêt sera imputé et des pénalités pourraient s’appliquer.

  • Réduisez ou éliminez les acomptes provisionnels en demandant d’augmenter les retenues d’impôt sur vos prestations du RPC et de la SV ou sur votre revenu de pension

o Pour augmenter la retenue d’impôt sur vos prestations de RPC et de SV, faites parvenir le formulaire ISP 3520 Demande de retenues d’impôts de l’ARC dûment rempli à votre bureau de Service Canada.

o Pour augmenter la retenue d’impôt sur votre revenu de pension, faites parvenir le formulaire TD1 2015 Déclaration des crédits d’impôt personnels pour 2015 de l’ARC dûment rempli à l’administrateur du régime de pension. Si vous êtes un résident du Québec, remplissez à la fois le formulaire TD1 et le formulaire TP1015.3-V Déclaration pour la retenue d’impôt.

Pour être certain d’éviter un choc fiscal et de préserver le plus possible votre revenu de retraite, consultez votre fiscaliste et votre conseiller professionnel dès aujourd’hui. 

Pour créer votre richesse, contactez-moi au

1 418 227-8631 poste 223

[email protected]

Cette chronique, rédigée et publiée par Services Financiers Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de services financiers) et par Valeurs mobilières Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet en planification financière), contient des renseignements de nature générale seulement; son but n’est pas d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement. Adressez-vous à votre conseiller financier pour obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle. Pour de plus amples renseignements sur ce sujet, veuillez communiquer avec votre conseiller du Groupe Investors.

 

 
 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: