Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne

Chroniques financières , par

21 juin 2018 - 13:23

Les milléniaux: les nouveaux agents de changement

Les écho-boomers sont maintenant la cohorte la plus importante au sein de la population active au Canada. Rien d’étonnant donc à ce qu’ils soient en train de transformer le marché du travail et qu’ils soient prêts à remodeler le pays, voire à refaire le monde. Et pourtant beaucoup d’entre eux habitent toujours chez leurs parents.

Dans le recensement canadien de 2016 :
- 34,7 % des jeunes adultes âgés de 20 à 34 ans vivaient avec au moins un de leurs parents en 2016, un pourcentage qui augmente depuis 2001.

- 62,6 des Canadiens âgés de 20 à 29 ans habitaient avec leurs parents en 2016, comparativement à 58,3 % en 2001.

Les écho-boomers choisissent de rester à la maison pour différentes raisons : contraintes financières, prolongement des études pour être plus concurrentiels sur le marché du travail (en plus des frais d’études postsecondaires qui ne cessent d’augmenter) et hausse du coût du logement.

Les pratiques parentales, notamment les « parents hélicoptères » qui planent au-dessus de leurs enfants et gèrent leur vie à outrance, peuvent aussi être un facteur dans la décision des écho-boomers de s’attarder plus longtemps chez leurs parents. L’un des désavantages pour les parents de nombreux écho-boomers est qu’ils se retrouvent avec la double responsabilité de leurs enfants devenus grands et de leurs propres parents. Ces parents de la « génération sandwich », qui procurent un soutien moral et financier à leurs parents respectifs et à leurs enfants, voient ainsi souvent leur épargne-retraite gravement menacée.

S’il est vrai que pour beaucoup de jeunes adultes la cohabitation avec les parents est une décision responsable sur le plan financier, même lorsqu’ils travaillent à temps plein, et que c’est peut-être aussi la meilleure façon d’épargner pour acheter une maison ou démarrer une entreprise, quitter le nid familial est un important rite de passage pour les parents comme pour les enfants. Et même si le départ est encore loin, il est bon de fixer une date et d’établir un plan.

Voici quelques conseils pour se préparer à quitter le nid :
- Remboursez vos dettes – en particulier les dettes à taux d’intérêt élevé avant qu’elles nuisent au paiement de votre loyer ou de votre prêt hypothécaire.

- Bâtissez-vous un bon dossier de crédit – procurez-vous une carte de crédit pour les petits achats et remboursez toujours le solde au complet à l’échéance.

- Économisez pour les achats importants – payez comptant les meubles, les électroménagers et les autres gros achats.

- Établissez un fonds d’urgence – pour les petits imprévus comme les réparations de la maison ou de l’auto.

Les écho-boomers et leurs parents devraient se renseigner auprès d’un conseiller professionnel sur les stratégies pour éviter le surendettement et pour concilier les priorités, tout en se dotant d’un plan financier solide à long terme.

 


Vous pouvez visitez notre page Facebook (www.facebook.com/Come.Simard.ig)
pour y noter vos commentaires, ce serait très apprécié

Pour créer votre richesse, contactez-moi au

1 418 227-8631 poste 223

[email protected]

Cette chronique, rédigée et publiée par Services Financiers Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de services financiers) et Valeurs mobilières Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet en planification financière), contient des renseignements de nature générale seulement; son but n’est pas d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement. Adressez-vous à votre conseiller financier pour obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle. Pour de plus amples renseignements sur ce sujet, veuillez communiquer avec un conseiller du Groupe Investors.


 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: