Publicité

Chroniques financières, par

3 septembre 2012 - 20:23

Plus de retraités que jamais de retour sur les bancs d'école

Voici donc quelques options pour payer les coûts de votre retour aux études :

- Maximiser vos placements REER On sait déjà qu’une stratégie de retraite bien ficelée doit inclure un régime enregistré d’épargne-retraite (REER), qui est le meilleur instrument de report d’impôt et d’épargne-retraite pour la plupart des Canadiens. Pensez à y investir davantage pour couvrir le coût d’un programme d’études qui vous a toujours fait envie.

- Emprunter de votre REER Le Régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP) permet de retirer jusqu’à 20 000 $ de votre REER pour payer les frais de programmes admissibles. Or cette option n’est pas la plus alléchante, car elle vous oblige à rembourser vos retraits du REER en l’espace de 10 ans sans quoi ils deviendront imposables, sans compter que vous perdrez la croissance à imposition reportée que ces placements auraient produite s’ils avaient été maintenus dans le REER pendant ces 10 années. Comme vous ne pourrez plus rembourser vos retraits après la fin de l’année où vous aurez atteint 71 ans, si vous avez encore un solde à ce moment-là, vous devrez payer de l’impôt sur ce solde.

- Établir un CELI Chaque Canadien d’au moins 18 ans peut cotiser jusqu’à 5 000 $ par année dans un compte d’épargne libre d’impôt (CELI). Bien que les cotisations au CELI ne soient pas déductibles d’impôt, les gains de placement sont à l’abri de l’impôt et aucun impôt ne sera appliqué aux retraits. C’est donc un excellent moyen d’économiser en vue de votre retour aux études.

- Établir votre propre REEE Les gens de tous âges peuvent profiter du report d’impôt qu’offre un régime enregistré d’épargne-études (REEE). Toutefois, les plus âgés n’ont pas droit à l’avantageuse Subvention canadienne pour l’épargne-études* ni aux autres subventions d’État que peuvent recevoir les bénéficiaires plus jeunes. Par contre, votre fourchette d’imposition sera sans doute inférieure quand vous commencerez à faire des retraits pour payer vos études; vous paieriez donc moins d’impôt sur l’argent retiré que s’il avait été investi hors du régime.

Si votre projet de vie pour la retraite prévoit une rentrée scolaire et que vous aimeriez réaliser d’autres rêves de retraite, discutez avec votre conseiller professionnel des meilleurs moyens de vivre une retraite sans tracas financiers.

* La Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) et le Bon d’études canadien (BEC) sont offerts par le gouvernement du Canada. L'admissibilité au BEC dépend du revenu familial. Certaines provinces offrent des subventions pour l'épargne-études à leurs résidents.

Cette chronique, rédigée et publiée par Services Financiers Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de services financiers) et par Valeurs mobilières Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de planification financière), contient des renseignements de nature générale seulement; son but n’est pas d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement. Adressez-vous à un conseiller financier pour obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle. Pour de plus amples renseignements sur ce sujet, veuillez communiquer avec votre conseiller du Groupe Investors.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: