Publicité

Démystifier la santé mentale, par

15 mars 2019 - 08:18

La psychose

La psychose

Une grande difficulté à distinguer le réel de l’imaginaire, des hallucinations auditives et visuelles, des délires religieux, des délires de persécution, de la paranoïa, etc. Voici quelques symptômes généralement retrouvés dans les maladies dites « sévères et persistantes » telle la schizophrénie.

Pourtant, il peut arriver qu’une personne puisse vive un épisode psychotique sans qu’elle soit atteinte d’une maladie mentale. Un stress intense, une consommation de drogue, un problème d’ordre physique ou un traumatisme peuvent provoquer une crise psychotique isolée.

La psychose fait partie de la famille des troubles psychotiques qui touche environ 3 % de la population.  Il y a différentes formes de troubles psychotiques dont le trouble schizo-affectif, la schizophrénie, le trouble délirant et la psychose induite par une substance (psychose toxique). 

Cette problématique survient habituellement à la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte. Une vulnérabilité génétique combinée à de multiples stresseurs importants (ex: drogues, problèmes financiers, conflits familiaux, isolement social, etc.) peuvent déclencher la maladie.

Malheureusement, la psychose peut être ignorée pendant plusieurs mois, voir même plusieurs années. Lorsque non traitée, la psychose occasionne beaucoup de souffrance et son impact se répercute sur le fonctionnement social, familial, scolaire et professionnel de la personne atteinte ainsi que celui de son entourage.  La littérature démontre que plus la détection est précoce et accompagnée d’une intervention intensive, meilleur sera le rétablissement pour la personne, pouvant même aller jusqu’à une rémission complète des symptômes. 

Les membres de l’entourage sont bien placés pour observer et détecter les signes d’un épisode psychotique chez la personne atteinte.  L’un des premiers indices est le retrait social.  Il n’est pas nécessairement le symptôme d’une psychose à venir, mais certainement un signe que quelque chose ne va pas bien.  De plus, lorsque le comportement de la personne change, qu’elle se met à avoir des attitudes étranges, qu’elle se parle seule, qu’elle développe des croyances bizarres, qu’elle présente une hygiène négligée, il est pertinent que cette personne reçoive de l’aide et des services spécialisés.

Vous avez des questions, des inquiétudes? Vous avez besoin d’information?  N’hésitez pas, à nous contacter.

 

Catherine Cliche
Directrice générale, 477, 90e Rue, Saint-Georges, 418 227-6464

Sources de références :

https://www.ciusss-capitalenationale.gouv.qc.ca/expertise-et-partenariat/professionnels-de-la-sante/guides-cliniques-pour-lelaboration-des-pti-en-7

https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/sante-mentale-maladie-mentale/troubles-psychotiques/

https://www.refer-o-scope.com/a-propos-de-la-psychose

http://www.aqppep.ca/psychose

 

477, 90e Rue, Suite 240, (Place 90),  Saint-Georges, Qc   G5Y 3L1
Tél. : 418-227-6464   |   Fax. : 418-227-6938
Courriel : info@lesillon.com   |   Site Web : www.lesillon.com

REGROUPEMENT DES PARENTS ET AMIS DE LA PERSONNE
ATTEINTE D'UNE MALADIE MENTALE. TERRITOIRE BEAUCE ETCHEMINS.

MEMBRE DU RÉSEAU : 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: