Publicité

Blogue | Pavillon du coeur , par

11 janvier 2019 - 08:54

Écraser pour de bon: Les bienfaits de la cessation tabagique

ÉCRASER POUR DE BON : LES BIENFAITS DE LA CESSATION TABAGIQUE

Du 20 au 26 janvier prochain aura lieu la Semaine pour un Québec sans tabac ayant comme thématique « Arrêtez avant d’étouffer ». Cette thématique-choc a pour but de mettre la lumière sur la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), une problématique causée dans 85% des cas par le tabagisme (voir notre article « 5 trucs pour mieux vivre avec la MPOC » pour en savoir davantage sur le sujet). L’année 2019 s’étant récemment pointé le bout du nez, qu’y a-t-il de mieux que de prendre (et surtout, tenir) des résolutions ayant un impact direct sur votre santé ? J’aimerais profiter de l’occasion pour vous conscientiser sur les effets néfastes du tabagisme ainsi que sur les bienfaits de la cessation.

Le tabagisme en chiffres

  • La fumée de cigarette contient des milliers de substances chimiques, dont au moins une cinquantaine étant reconnues comme étant cancérigènes.
  • Un fumeur a 2 à 3 fois plus de risques de développer une maladie cardiovasculaire comparativement à un non-fumeur. De plus, ce risque est augmenté si des facteurs de risque sont déjà présents.
  • Le tabagisme provoque 30% des décès attribuables au cancer et serait lié à 85% des cas de cancer du poumon au Canada.
  • Le tabagisme actif durant plusieurs années peut réduire l’espérance de vie de 10 ans et la moitié des fumeurs vont décéder des conséquences de cette mauvaise habitude.

 

Les bienfaits de la cessation

Du jeune adulte désirant écraser pour la dernière fois à la personne d’un certain âge fumant depuis de nombreuses années, tout le monde peut bénéficier de la cessation. Les premiers bienfaits sur la santé se manifestent dès les premières minutes suivant la dernière cigarette. Après 20 minutes, le corps retrouve des valeurs diminuées de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle, ce dernier étant l’un des facteurs de risque des maladies cardiovasculaires. Après 8 heures d’abstinence, votre corps est déjà mieux oxygéné. Un an plus tard, votre risque de développer des maladies du coeur et des vaisseaux est diminué de moitié.

En terminant, un fumeur qui cesse de fumer peut diminuer son risque de mourir d’un cancer du poumon de moitié dans les 10 ans suivant l’arrêt. Même si vous avez accumulé les années de tabagisme, il a été démontré que l’arrêt de la consommation des produits du tabac ralentit le déclin annuel de la fonction pulmonaire. Vous comprenez maintenant qu’il y a des avantages à écraser pour de bon pour tous, mais, évidemment, moins on retarde l’arrêt et plus il y aura de bénéfices !

 

Mythe ou réalité : Cesser de fumer peut faire engraisser

Il s’agit de l’une des principales raisons qui découragent les fumeurs de cesser de fumer, car, oui, la cessation tabagique peut faire prendre du poids. La nicotine contenue dans la cigarette a, entre autres, pour effet d’augmenter votre métabolisme (elle fait dépenser plus d’énergie à votre corps). Non seulement en cessant de fumer le corps dépense moins d’énergie, dû à l’absence de la nicotine, mais cela devient davantage problématique lorsque les gens compensent la consommation de cigarettes par de la nourriture et nombreux sont ceux qui prennent cette mauvaise habitude.

Il faut savoir que la nicotine provoque la libération de la dopamine, une hormone jouant un rôle dans la perception des sensations de plaisir. Lors de l’arrêt tabagique, la diminution de taux de cette hormone dans la circulation favorise l’apparition de symptômes de sevrage : envies de fumer, troubles de l’humeur, anxiété, troubles de concentration et augmentation de l’appétit. Certains se retrouvent donc à ingérer plus de calories qu’ils en dépensent pour compenser un manque et se trouvent donc avec des kilos en trop. Tout cela dans le but de vous introduire à éviter de remplacer une mauvaise habitude par une autre qui vous apportera peu de bénéfices.

Pour limiter la prise de poids accompagnant votre arrêt, adopter un mode de vie actif et consulter un professionnel de l’activité physique (comme un kinésiologue) pourrait vous aider à contrôler ou à atténuer les symptômes de sevrage et bénéficier des nombreux bienfaits de l’activité physique : saine gestion du poids, contrôle de la tension artérielle et du diabète, gestion du stress, augmentation de la masse musculaire et osseuse, et j’en passe !

 

Ressources disponibles

Pour vous accompagner dans vos démarches, demandez l’aide d’un ou de plusieurs professionnels qualifiés en fonction de vos besoins. Sachez qu’il existe des aides pharmacologiques pour aider à la cessation tabagique. Voici quelques exemples de ressources disponibles :

 

Sources :

- Défi J’arrête, j’y gagne ! Fumer : les dangers. Tiré de www.defitabac.qc.ca, 2019.
- Défi J’arrête, j’y gagne ! Mythes et réalités. Tiré de www.defitabac.qc.ca, 2019.
- Québec sans tabac. Semaine pour un Québec sans tabac. Tiré de www.quebecsanstabac.ca, 2019.
- Maltais F. et Milot J. La maladie pulmonaire obstructive chronique. Comment devenir un expert dans la prise en charge de cette maladie. Les Presses de l’Université Laval, Québec 2016

 

Chaque semaine, nous vous proposerons un article différent
en lien avec notre mission. Revenez nous lire!

 


Émilie Bellemare,
kinésiologue

 2640, boulevard Dionne, Saint-Georges (Québec) G5Y 3X8
info@coeur.ca  | www.pavillon.coeur.ca | 418 227-1843 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: