Nous joindre
X
Rechercher

Marie Poirier, première femme marchande générale au Québec

durée 05h00
17 juillet 2022
duréeTemps de lecture 3 minutes
Par
Pierre Morin

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Marie Poirier est née en septembre 1872 à Saint-Georges, fille de Joseph Poirier et d'Appoline Pomerleau. Après avoir fréquenté l'école de rang, elle développa son talent pour le commerce en vendant des coupons de tissus, ce qui lui rapportait un bon bénéfice. En 1893, à l'âge de 21 ans, elle décide de réaliser son rêve et elle ouvre un magasin général à Saint-Benoit. Étant une femme célibataire, impossible de mettre à son nom le bâtiment pour démarrer son commerce, car à cette époque, la société était dominée par les hommes et les femmes n'avaient pratiquement aucun droit. Il lui fallait un prête-nom, la propriété où elle s'installa a donc dû être achetée (de Louis Veilleux) par son père Joseph Poirier, sur la rue principale du village, au coin de la rue St-Pierre (photo 1). Certains de ses descendants prétendent qu'elle fut la première femme marchande générale au Québec. Le 13 avril 1896, à l'âge de 23 ans, Marie a épousé Alexis Laflamme (photo 2). Celui-ci est alors déménagé au village, mais contrairement à ce qui se passait en général, c'est le mari qui est venu résider chez l'épouse. Avec sa mère Soulange, il a secondé sa femme au magasin qui fonctionnait à merveille. Autre événement démontrant la mentalité patriarcale de l'époque: le 2 juillet 1897, puisque Marie était maintenant mariée, on décide de transférer l'entreprise (qui était au nom de son père Joseph) non pas à Marie, mais plutôt à son mari Alexis. Pareillement, une publicité parue en 1901 dans un journal mentionne le commerce comme appartenant à «A. Laflamme», alors qu'il appartient en réalité à son épouse Marie Poirier (photo 3). Il était impensable qu'une femme puisse alors posséder un commerce ou une entreprise. En 1902: la mère d'Alexis (Soulange) meurt. Marie, qui a déjà quatre enfants, perd une aide précieuse. À regret, elle est contrainte d'abandonner son magasin pour se consacrer entièrement à sa famille (photo 4). En échange, elle obtient une magnifique propriété située sur la rue St-Jean (photo 5 autrefois et photo 6 actuellement), où elle a élevé sa famille. Alexis peut alors réaliser son vieux rêve: un moulin à scie et à farine, où il passe six jours par semaine. Alexis et Marie ont eu 14 enfants dont 10 ont survécu. En 1945, à l'âge de 73 ans, un triste accident survient: alors que Marie marchait sur la rue, un jeune enfant qui glissait est venu la frapper avec son traîneau. Elle a survécu de justesse à l'amputation de la jambe gauche. Quelle tristesse pour une mère de famille qui a trimé dur et eu quatorze enfants. Elle a néanmoins vécu jusqu'à l'âge de 91 ans, décédée en 1964, alors doyenne de Saint-Benoit. Alexis et Marie ont laissé une progéniture impressionnante, comme on le constate à la 7e photo prise lors de leur noce de diamant en 1956. La fillette (âgée de 6 ans) qui est à droite de Marie sur cette photo est France Morin, aujourd'hui une des dirigeantes de la boutique Vickie à Saint-Georges. Un historien a écrit: «Marie Poirier, ardente pionnière venue de St-Georges qui a dirigé avec brio un magasin général...  Cette femme est cinquante ans en avant de son siècle». Hommage à cette dame avant-gardiste, première femme ayant possédé et exploité un magasin général au Québec, de 1893 à 1902. 

Photos 1 et 5 courtoisie de Nicole Roy. Photos 2, 3 et 4 courtoisie de Jeanne-Ange Blais. Photo 6 de Google. Photo 7 courtoisie de France Morin. Texte et recherches de Pierre Morin. 

Visionnez tous les textes de la Société historique


Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif, financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  [email protected]

facebook.com/shsartigan

 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.