Publicité

18 août 2021 - 16:15

Conflit à l'usine Olymel

Les éleveurs de porc demandent l'intervention de François Legault

Léa Arnaud

Par Léa Arnaud, Journaliste

Le président des Éleveurs de porcs du Québec, David Duval, demande une intervention personnelle du premier ministre François Legault dans le conflit « interminable » à l'abattoir Olymel de Vallée-Jonction.

Cela, en raison de la situation critique pour les éleveurs, pour le bien-être des animaux ainsi que pour l'économie du Québec et de ses régions dû à la grève des travailleurs de cette usine depuis le 28 avril dernier.

Les Éleveurs revendiquent l'urgence d'agir en raison des conditions déplorables des 150 000 porcs en attente d'abattage et du risque de gaspillage alimentaire.

Rappelons qu'une entente de principe avait été établie entre l'employeur et le Syndicat des travailleurs de cette usine vendredi dernier, mais hier soir, celle-ci a été rejetée par les syndiqués.

« Ce rejet de l'entente est une claque au visage pour nous, producteurs, qui sommes des victimes de ce conflit. Vingt-trois séances de conciliation ont eu lieu, c'est du jamais vu! » s'insurge David Duval. « Les pertes financières sont énormes, la détresse psychologique des éleveurs est omniprésente, les porcs s'entassent dans les fermes, nous craignons pour le bien-être de nos animaux, sans oublier le spectre du gaspillage alimentaire qui se pointe à l'horizon. Olymel, Sollio, le syndicat, la CSN et le gouvernement ont tous un rôle à jouer. Il en va de leur crédibilité et, par ricochet, de l'image de toute la production porcine du Québec. Un fleuron qui répond à 80 % de la demande locale et qui exporte dans plus de 80 pays du monde. »

Les Éleveurs estiment que le gouvernement du Québec a une responsabilité à l'endroit des familles d'éleveurs de porcs, qui contribuent grandement à la création de richesse de la province. Également envers les contribuables québécois qui détiennent, depuis mai dernier, une participation dans Olymel de 150 millions de dollars, devant permettre à l'entreprise de réaliser des projets d'une valeur de 315 millions de dollars.

« Sur le plan humain, la pression sur les éleveurs et leurs familles est énorme en ce moment. Les pertes financières s'accumulent, leurs animaux souffrent, ils sont à court de solutions et au bout de leurs ressources. Nous sentons la détresse s'amplifier chez certains, encore davantage aujourd'hui, alors que plusieurs croyaient le conflit réglé », d'ajouter Marcel Groleau, président général de l'Union des producteurs agricoles du Québec.

Malheureusement, aucune nouvelle date de conciliation n'est connue au moment d'écrire ces lignes. 

À lire également

L'entente de principe rejetée par les syndiqués de l'abattoir Olymel

La direction d'Olymel se dit très déçue par le vote du syndicat

 

Vous avez un scoop
Vous connaissez des entrepreneurs de la Beauce qui sont inspirants et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.