Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Entrevue vidéo

Claude Morin : une décennie de dévouement à la tête de la Ville de Saint-Georges

durée 18h00
2 juin 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Germain Chartier
email
Par Germain Chartier, Journaliste

Voir la galerie de photos

Après dix années marquées par le dévouement et l’engagement en tant que maire de Saint-Georges, Claude Morin revient sur sa carrière politique, alors qu’il prépare actuellement son départ.

De ses débuts dans les forces armées canadiennes à son rôle actuel, il partage avec EnBeauce.com les moments marquants de son parcours.

Claude Morin a d’abord fait ses armes dans les forces armées canadiennes avant de se lancer en politique. « Quand j’ai quitté les forces armées canadiennes, je me suis dit que j’allais tenter de faire de la politique. J’ai finalement été d’abord élu à l’Action démocratique du Québec pendant 18 mois. Ma carrière au niveau provincial s’est arrêtée là, puis on m’a approché pour que je vienne au niveau municipal. »

Finalement, son parcours l’a amené jusqu’aux portes de la Ville de Saint-Georges, où il restera plus de dix ans. « Le côté municipal, c’est un autre monde, on est plus proche du citoyen. Comme à l’armée, j’ai toujours été proche de mes soldats, je pense que le municipal était plus fait pour moi. J’aimais être sur le terrain et me salir les mains. »

Une décennie divisée en trois phases

Durant ces dix ans à la tête de la Ville, Claude Morin aura fait face à plusieurs défis. Ce dernier divise ses dix années en tant que maire en trois phases distinctes : l’apprentissage, la gestion de la pandémie et la transition vers son départ.

« D’abord, c’est l’apprentissage. On arrive et on pense que ça se fait tout seul, mais c’est faux. Il y a de l’administration et des réglementations de toutes sortes. Pour nous, cette phase a duré environ deux ans. Après ça, on est tombé dans la pandémie. Je peux vous dire que je n’ai pas cessé d’être sur le terrain. Je voulais être proche des citoyens car ils en avaient besoin. La troisième et dernière phase, c’est celle de la transition pour quitter. On sait déjà qui va me remplacer à l’intérieur du conseil et je veux lui préparer le terrain, avec le moins de trouble possible en réglant les affaires qui prennent du temps. »

Qui dit politique municipale dit aussi politique provinciale et fédérale. Durant son parcours, le maire Morin aura travaillé avec trois députés, messieurs Dutil, Busque et Poulin. « Deux, selon moi, étaient des politiciens, car on se rencontrait régulièrement pour parler politique. Avec monsieur Poulin, c’est un peu différent. Comme je le dis toujours, moi j’aime pas les Kodaks, je préfère le Cognac et c’est différent. Malgré tout, il fait avancer des dossiers pour certaines municipalités. Nous, on n’a pas été chanceux, mais on continue de travailler. J’aurais juste aimé que ça soit plus politique », a-t-il expliqué.

L’une des clés du succès de Claude Morin aura été, toujours selon lui, la stabilité et la cohésion de son équipe. « De mon côté, j’estime aussi avoir été chanceux car j’ai gardé la même équipe depuis le début, même avec quelques petits changements, ils me connaissent, on se connaît et on travaille très bien ensemble. On a une équipe très soudée et je suis bien content de travailler avec eux. »

Un avenir plus calme et en famille

À la question des moments qui ont marqué ses mandats, Claude Morin se remémore, avec émotion, le tragique accident de la 118e rue sur le boulevard Lacroix. Un moment difficile auquel il a dû faire face dès son premier mandat.

« Une jeune femme s’était fait tuer dans un accident avec un camion. On avait vraiment mis de la pression sur le gouvernement en disant qu’il allait arriver quelque chose. Finalement, six mois après l’accident, le gouvernement avait trouvé des fonds et les travaux étaient faits. C’est vraiment malheureux. Le reste, c’est que du positif. »

Si Claude Morin prévoit de quitter son poste dans un an et demi, c’est avant tout pour se consacrer davantage à sa famille. « Oui je quitte, mais j’en mange encore et je suis présent. Seulement, là, il faut que j’en redonne à ma famille. J’ai fait 32 ans d’armée, deux ans à l’Assemblée nationale et ça va faire 12 ans au conseil municipal, puis j’étais pas souvent à la maison. Je voudrais juste passer plus de temps avec eux », a-t-il conclu.

Écoutez l’entrevue complète avec le maire de Saint-Georges, Claude Morin, dans la vidéo ci-dessus.

À lire également

Jonathan V Bolduc vit son rêve d'enfant à la mairie de Saint-Victor

«Si on veut changer le monde, il faut en faire partie» — Pascal Binet, maire d'Adstock

Gaétan Vachon: un maire jovial qui donne l'heure juste

 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Maladies incurables: des «champignons magiques» pour réduire la détresse existentielle

À compter de cet automne, le Georgien François Provost sera greffé à un projet du Centre de recherche du CHU de Québec, portant sur l'acception sociale de l'utilisation de la psilocybine dans un contexte de soins palliatifs et de fin de vie. La psilocybine, c'est le nom de la molécule générant les effets psychologiques, que l’on connait de la ...

20 juin 2024

L'amour est dans le pré: Anthony se confie sur ses attentes

Établi à Saint-Elzéar, Anthony se trouve parmi les candidats de la 13e saison de L'amour est dans le pré.  En entrevue avec EnBeauce.com, il explique pourquoi il a voulu tenter cette nouvelle aventure et ce qu'il en attend. L'agriculteur de 29 ans se confie également sur la mauvaise image de son métier que peuvent avoir les femmes. « Souvent, ...

19 juin 2024

Marie-Philip Poulin devient Chevalière de l'Ordre national du Québec

La Beaucevilloise et capitaine de l’équipe de Montréal de la Ligue professionnelle de hockey féminin, a reçu aujourd'hui, l’insigne de Chevalière de l’Ordre national du Québec. La quadruple médaillée olympique a reçu des mains du premier ministre, François Legault,  la plus haute distinction honorifique décernée par l’État québécois à l’Agora de ...