Publicité

Chronique Pier Dutil, par

16 novembre 2020 - 18:00

Lueur d’espoir et ventilation dans les écoles

LUEUR D’ESPOIR ET VENTILATION DANS LES ÉCOLES

Difficile de «chroniquer» durant un mois sans parler de la pandémie qui nous afflige depuis maintenant huit mois et qui, à date, a fait plus de 51 millions de victimes et causé plus de 1,3 millions de décès à l’échelle mondiale.

Heureusement, une lueur d’espoir est apparue cette semaine avec l’annonce d’un possible vaccin qui pourrait être disponible au début de 2021. 

Mais, en même temps, on a découvert que nos écoles avaient des problèmes de ventilation et que plusieurs étaient désuètes, ce qui ne contribue en rien à éviter de nouvelles sources d’éclosion.
 

La lumière au bout du tunnel

L’annonce qu’un vaccin prometteur découvert par deux pharmaceutiques, l’américaine Pfizer et l’allemande BioNTech, est probablement la seule bonne nouvelle à nous parvenir depuis le début de la pandémie.

Testé sur plus de 43 000 volontaires, le vaccin en question aurait présenté un taux d’efficacité de 90 %, ce qui est très élevé si on le compare avec le taux d’efficacité des vaccins contre la grippe qui atteint de 40 à 60 %.

Si cette nouvelle a lieu de nous réjouir, il est encore trop tôt pour prétendre que le problème est réglé et que l’on peut relâcher nos mesures préventives.

Avant que le vaccin en question puisse être disponible, il lui faudra traverser plusieurs étapes. La première sera l’approbation à recevoir de la part des autorités de la santé comme l’Agence de réglementation des médicaments aux États-Unis et Santé Canada de ce côté-ci de la frontière.

Par la suite, il faudra fabriquer les centaines de millions de doses qui seront nécessaires, car ce vaccin nécessite deux doses pour produire les effets escomptés. Suivront la distribution à l’échelle de la planète et la vaccination elle-même. J’estime que nous serions très chanceux si la vaccination grand public était disponible avant la fin de l’hiver. Je serais ravi de me tromper.

On risque fort de voir se pointer des luttes entre pays pour obtenir les doses nécessaires et les chicanes entre patients potentiels à savoir qui sera vacciné en priorité.

Mais, au moins, on voit la lumière au bout du tunnel. Il ne nous reste qu’à souhaiter que la lumière en question ne soit pas celle d’un train qui arrive en sens contraire.
 

Ce n’est pas le temps de relâcher

Pendant ce temps, la deuxième vague fait des dommages plus importants que la première. 

Au Québec, les nouveaux cas se comptent entre 1 000 et 1 500 quotidiennement. Aux États-Unis et en dans plusieurs pays européens, les nouveaux cas se comptent par dizaines de milliers à chaque jour. Plusieurs pays ont resserré leurs mesures de confinement et même la Suède, le pays préféré des «covidiots», a adopté des mesures plus sévères suite à de nombreuses éclosions.

Heureusement, cette deuxième vague occasionne moins de décès que la première parce que, à date, elle frappe moins les personnes âgées plus vulnérables.

Pour l’instant, il est difficile de prévoir de quoi aura l’air Noël, fête généralement marquée par d’importants rassemblements entre parents et amis. Personnellement, je me prépare à un Noël en groupes restreints.
 

La ventilation dans nos écoles

Au Québec, suite à l’éclosion de nouveaux cas dans plusieurs écoles, on a semblé découvrir, comme par hasard, que plusieurs de nos écoles avaient des problèmes de ventilation.

Deux partis d’opposition à Québec, le PLQ et le PQ sont tombés sur la tête des ministres de la Santé et de l’Éducation, leur reprochant de n’avoir rien fait au cours de l’été dernier pour remédier à ce problème.

Pourtant, ce problème ne date pas d’hier. Depuis de nombreuses années, nos écoles ont été négligées. Depuis 1970, soit depuis 50 ans, le PLQ et le PQ se sont succédés au pouvoir à Québec durant 48 ans. Les problèmes auxquels nous sommes confrontés présentement ne datent pas de l’automne 2018, soit depuis l’arrivée de la CAQ au pouvoir. 

Lors d’une discussion téléphonique avec Patrick Beaudoin, le Directeur des services financiers au Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin, j’ai appris que, de tout temps, il n’y a jamais eu de système de ventilation dans les écoles primaires. On en retrouve seulement dans les écoles secondaires.

M, Beaudoin a cependant précisé que les nouvelles écoles primaires, comme celle qui sera érigée à Scott, auront un système de ventilation. 

Et quand on parle d’ouvrir les fenêtres pour aider à la ventilation, il faut ajouter que plusieurs écoles secondaires sont munies de fenêtres qui n’ouvrent pas, comme c’est le cas, à titre d’exemple, à la Polyvalente de Saint-Georges. Dans cette école, il y a même des locaux où on ne retrouve aucune fenêtre.

Si, au cours des années, on a construit des écoles sans tenir compte de la ventilation ou, si on a négligé l’entretien des systèmes en place dans certaines écoles, il n’y a pas lieu de blâmer uniquement l’actuel Gouvernement.

Au lieu de se crêper le chignon, nos dirigeants politiques devraient se serrer les coudes pour trouver et mettre en place des éléments de solution dont bénéficieront les élèves et le personnel qui vivent dans nos écoles. 

Il y a de nombreux sujets où les partis d’opposition peuvent et doivent jouer un rôle de critique, mais dans une situation de crise, il vaut mieux faire preuve de solidarité en pensant au bien commun des citoyens plutôt qu’à penser à faire des gains politiques.
 

Visionnez tous les textes d'opinion de Pier Dutil

PENSÉE DE LA SEMAINE

Je dédie la pensée de la semaine à celles et ceux qui craignent de ne pouvoir célébrer Noël en gang :

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: