Publicité

Blogue Société historique Sartigan, par

11 octobre 2020 - 04:00

LE MAGASIN CHEZ JULIENNE DE MME BELLE-ISLE

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

C'est sous ce nom qu'était connue la propriétaire de ce magasin très populaire autrefois, à l'époque où les femmes prenaient le nom de leur mari. Son vrai nom était Juliette Poulin. Mais comme elle n'aimait pas son prénom, elle se faisait appeler «Julienne», qu'elle a utilisé pendant toute sa vie. Née à Beauceville en 1899, elle a perdu son père le jour de Noël 1900, sa mère s'est remariée, et ils sont déménagés à Saint-Georges en 1907. Juliette a épousé M René-Jacques Belle-Isle en 1931. On sait que le Krach de 1929 a provoqué la plus grande crise économique du XXe siècle, dont les conséquences se sont répercutées pendant plusieurs années. Mais Mme Julienne était une battante, une femme forte, une avant-gardiste. Malgré que les temps étaient encore très difficiles chez nous, elle décida quand même de se lancer en affaires dans le domaine de la confection pour dames en 1933, et à cet effet, elle loua au centre-ville un local commercial de Mme J.-Albert Mathieu. Cet immeuble était situé sur la première avenue, en face d'où se trouve aujourd'hui le restaurant Éline Pizza. L'enseigne la présentait sous le nom de Salon de Mode Chez Julienne (photos 1 et 2). Elle et ses couturières pouvaient réaliser pour la clientèle ce qu'il y avait de plus élégant comme manteaux, chapeaux et robes (photo 3 les chapeaux et 4 les sacs à main). Les affaires allant constamment en croissance, elle déménagea en 1940 dans un local beaucoup plus vaste sur la 120e rue, en face de la quincaillerie Poulin et Grondin (photo 5). Selon l'historien Garant, elle fut «une des premières femmes d'affaires de Saint-Georges. Pendant plus d'une quarantaine d'années, ce sera LE commerce pour dames en région. Les clientes qui s'y donnaient rendez-vous venaient non seulement de Saint-Georges mais de toutes les paroisses environnantes. Toute jeune, elle avait appris son métier de modiste et de vendeuse des commerçants spécialisés de Montréal. Plusieurs de ses employées formés par elle partiront ensuite leur propre commerce. Femme aux yeux pétillants, d'une rare énergie, brillante, musicienne entraînante et vendeuse exceptionnelle, Juliette, dite Julienne, Poulin était aussi une femme d'une rare générosité, portant assistance à des personnes dans le besoin en leur fournissant des vêtements ou de l'aide monétaire. Ce fut une entrepreneure de la première heure, dont la vie a couvert un siècle entier». Sur la 6e photo, Mme Julienne avec son équipe, dans le département des chapeaux vers 1955. Et sur la 7e photo, une parade de mode de robes de mariées présentée en 1954. Mme Julienne vivait dans la 122e rue. Elle vendit son magasin en 1962. À un âge plus avancé, elle demeura à la résidence l'Oiseau Bleu de la 175e rue, de 1990 à 1995. Puis au Foyer l'Assomption à Jersey-Mills, où elle est décédée le 25 janvier 2000, à l'âge de 100 ans. Wow, quel parcours exceptionnel, quelle grande dame, une inspiration pour les générations subséquentes.

Photos 2 et 5 du fonds Claude Loubier. Photos 1, 3, 4, 6 et 7 du fonds Marie-Andrée Morissette. Texte et recherches de Pierre Morin. Un document plus élaboré sur le même sujet a été publié par l'historien André Garant dans la revue électronique Beauce Magazine, sur internet.


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  [email protected]

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: