Nous joindre
X
Rechercher

L'ancien magasin Peoples de la Première Avenue

durée 04h00
5 décembre 2021
duréeTemps de lecture 3 minutes
Par
Pierre Morin

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

De 1950 à 1990, l'endroit pour magasiner à Saint-Georges était la première avenue au centre-ville. Le premier à s'implanter fut le marchand Jos Davis qui s'y fixa vers 1920. Son neveu Morris, qui acheta ce commerce dans les années '50, le rénova complètement en 1959 et ouvrit en 1960 le vaste magasin moderne que nous avons connu, au coin de la 123e rue. Entretemps, le 11 décembre 1951, Raymond Farmer vint ouvrir son fameux 5-10-15 presque en face de Chez Davis. Connu sous le nom de magasin Farmer, il a obtenu un succès exceptionnel au cours des années '50 à '90. Puis en 1960 ce fut le magasin de la chaine A. L. Green, équipé du premier escalier roulant en ville, qui s'est installée dans le même secteur, voisin de Gagné Musique, en face du pont de fer. Le dernier des majeurs, le magasin Peoples, est arrivé en 1968 dans un édifice flambant neuf érigé spécialement pour le recevoir, au coin de la 125e rue, tel qu'on le voit sur les trois premières photos. Cet établissement comptait deux étages: le rez-de-chaussée et le sous-sol, auquel on accédait par un grand escalier direct en face des portes d'entrée. C'était aussi ce qu'on appelait à l'époque un 5-10-15, signifiant un magasin à rayons offrant une large gamme de produits, principalement des vêtements. C'était les bonnes années, on voit plusieurs employés sur une photo prise lors d'une fête organisée pour célébrer le premier anniversaire de l'ouverture (photo 4). La mode des centres d'achats est arrivée dans les années '70: Carrefour en 1974 et Place Centre-Ville en 1978. D'importantes chaines vinrent s'y installer. Cette nouvelle forme de magasinage provoqua de profonds changements dans les habitudes de la clientèle et un déplacement des sites commerciaux. Green fusionna avec Greenberg au Carrefour, tandis que Farmer et Peoples déménagèrent à Place Centre-Ville en 1978-79. Voyez la photo du magasin Peoples à l'extrémité nord du mail vers 1980 (photo 5). Le succès fut moindre qu'escompté. Farmer céda la place à la pharmacie Jean-Coutu au bout de quelques années, mais Peoples a réussi à se maintenir jusqu'en 1995. Son ancien local fut par la suite divisé en deux: Hart à l'ouest et Provigo au nord (aujourd'hui Tigre Géant). Quand à son site du centre-ville, c'est le magasin Croteau qui lui succéda, tandis que le Centre du billard occupa le sous-sol, comme on le constate à la 6e photo. Aujourd'hui, ce sont les magasins Lingerie Simone et Chrono-Cité qui sont établis à cet endroit. Quand même surprenant que de grands magasins à succursales qui ont été autrefois si populaires soient aujourd'hui disparus du paysage. La même situation se reproduit de génération en génération; plus récemment, qu'on pense à Zellers et Sears, qui ont subi le même sort. Certains disparaissent, d'autres prennent la place. Parfois, de simples marchands locaux ont une longévité bien supérieure à ces grandes chaines: c'est le cas pour la Lingerie Simone et Au Bon Marché Bernard, qui existent tous deux  chez nous depuis plus de 60 ans. Et la Mercerie Sévigny qui détient le record de longévité, fondé en 1907: 114 ans sur trois générations. Des modèles de persévérance. Comme on dit: Petit train va loin. Ou encore mieux: les petits trains dépassent les gros chars.

Photos 1 et 3 du fonds Claude Loubier. Photo 2 et 6 du fonds Anne Dutil. Photo 4 courtoisie de Gérard Boucher. Texte et recherches de Pierre Morin.


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  [email protected]

facebook.com/shsartigan

 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.