Publicité
22 novembre 2019 - 22:32 | Mis à jour : 23 novembre 2019 - 01:28

Estacades à Beauceville

La ministre Guilbeault ne comprend pas l'impatience du maire Veilleux

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Toutes les réactions 4

Il apparaît qu'un bras de fer est en train de s'engager entre la Ville de Beauceville et le gouvernement du Québec au sujet de l'installation d'estacades dans les Rapides-du-Diable de la rivière Chaudière pour atténuer les inondations possibles du printemps prochain.

Du moins un match d'enflure verbale entre le maire François Veilleux et la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbeault, qui s'est dite surprise, a rapporté Radio-Canada en fin d'après-midi aujourd'hui (vendredi), des propos du premier magistrat qui a manifesté publiquement son impatience cette semaine devant les lenteurs administratives de mise en place du dispositif de barrières de retenue des glaces.

Lundi (18 novembre), François Veilleux avait confié à EnBeauce.com son exaspération de la lenteur des procédures administratives entre tous les ministères impliqués dans le dossier.  « C'est aberrant », avait-il confessé, en plus d'être inquiet de l'impossibilité de procéder aux travaux d'installation des estacades en raison de l'arrivée hâtive de l'hiver et de la formation de frasil dans la rivière. 

L'élu avait fait ces déclarations à la veille d'une importante rencontre à Québec (19 novembre) impliquant tous les maires des localités de la Beauce affectées par les crues de la Chaudière, les deux députés provinciaux et des hauts fonctionnaires du ministère de la Sécurité publique, des Affaires municipales et de l'Environnement afin de faire le point du dossier.

À l'issue de cette rencontre de mardi, c'est le député de Beauce-Sud, Samuel Poulin, qui avait été mandaté pour être visiblement le seul porte-parole à livrer le message officiel de la réunion qualifiée simplement de « productive ». Un message diffusé uniquement par la page Facebook de M. Poulin laissant transpirer peu de choses sauf pour dire qu'elle avait pour objectif « d’établir un réel plan de match concernant la rivière Chaudière en vue de la saison hivernale ».

Le député ne s'était pas non plus commis sur un échéancier précis de présentation du plan d'action, se contentant de signaler que « nous vous reviendrons au cours des prochaines semaines avec différentes solutions ».

Présent en soirée du mercredi 20 novembre pour la réouverture officielle du supermarché IGA de Beauceville, le maire Veilleux s'est limité à dire au chef des nouvelles d'EnBeauce.com que la rencontre « avait brassé » au sujet des estacades, mais sans plus. On sentait chez le premier magistrat qu'il n'était pas nécessairement content de ce qui avait résulté des discussions à la réunion à Québec.

Puis jeudi, le maire s'est confié à d'autres médias pour redire essentiellement les mêmes doléances que livrées à EnBeauce.com en début de semaine. Ce qui a amené la ministre Guilbeault a faire ses déclarations d'étonnement de la position de François Veilleux. Selon elle, la rencontre de mardi a servi à faire avancer le dossier.

Mme Guilbeault, toujours selon ses déclarations rapportées par Radio-Canada sur son site Web, a même jeté le blâme sur les autorités municipales de Beauceville du retard de mise en place des estacades parce qu'elles n'auraient pas fourni assez rapidement les informations requises par le ministère de la Sécurité publique pour l'octroi des permis.

Malgré des tentatives par plusieurs canaux de communication pour le joindre, il a été impossible d'obtenir les commentaires du maire de Beauceville aux déclarations de la ministre Geneviève Guilbeault.

À lire également:

Les estacades à Beauceville: c'est à l'eau ou presque!

Notre-Dame-des-Pins se défend d'être contre le projet

Le responsable scientifique de l'installation des estacades à Beauceville donne des réponses

On prépare un plan de match «inondation» pour la rivière Chaudière

 

 

 

 

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

4 réactionsCommentaire(s)

  • C'est triste à dire mais " Beauceville " s'enlise de plus en plus et , qui plus est , on dirait que votre Maire fait pareil au lieu de s'inspirer du Maire de Ste-Marie de Beauce !

    P.S. Au cas " zou ", je n'ai pas voté CAQ ! J'ose croire que ça vous suffira quant à ma bonne foi !

    Septuagénaire de Québec - 2019-11-23 15:21
  • En fait, des exemples comme ça, il y en a des tonnes au Québec.

    Que ce soit le déplacement des rails de Lac-Mégantic, l'érosion des berges de la Côte Nord, les estacades de Beauceville, etc..., le problème est toujours le même, l'omni présente bureaucratie qui n'en finit pas de finir.

    La seule véritable solution à tous ces problèmes, délais et quémandages auprès de fonctionnaires lointains et déconnectés des véritables besoins et problèmes des régions, c'est de redonner le pouvoir aux citoyens de la base, aux régions.

    Il s'agit de transformer les 17 régions administratives du Québec en autant d'États autonomes avec pleins pouvoirs de gestion, décision, taxation et d'imposition, comme le Maine, le Vermont, la Floride, etc...

    Plus besoin d'aller quêter à Québec ou Ottawa pour financer les projets puisque les $$$ seront déjà là.

    Au lieu de prendre des années à se réaliser, les projets et problèmes seront réglés localement dans une fraction du temps que ça prend actuellement, et au plus grand bonheur de nos élus locaux.

    Michel J. Grenier - 2019-11-23 16:40

  • @ Michel J. Grenier

    Vous écrivez :
    - " Au lieu de prendre des années à se réaliser, les projets et problèmes seront réglés localement dans une fraction du temps que ça prend actuellement, et au plus grand bonheur de nos élus locaux. " (sic)

    Court commentaire :

    - Ce qui est primordial ne doit pas être le bonheur de " nos élus locaux " mais celui des .....concitoyens !

    Septuagénaire de Québec - 2019-11-23 19:09
  • Abolir le ministère de l'environnement serait la seule solution, pas de sens... gros power trip

    aline - 2019-11-23 20:03